De Niro, "très déprimé", soutient les manifestations anti-Trump

  • A
  • A
De Niro, "très déprimé", soutient les manifestations anti-Trump
@ Dimitrios Kambouris / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

La ville du sud de l'Italie dont ses grands-parents sont originaires a proposé de l'accueillir.

L'acteur américain Robert De Niro s'est dit "très déprimé" par l'élection de Donald Trump à la présidence américaine et a déclaré soutenir les manifestations anti-Trump qui se poursuivent.

"Comment je vais ? Je suis très déprimé", a affirmé aux journalistes l'acteur de 73 ans, qui s'exprimait vendredi soir soir sur le tapis rouge, à l'occasion de l'avant-première mondiale de son nouveau film, "The Comedian", à Los Angeles. "Nous devons juste attendre de voir comment les choses vont se passer, et rester extrêmement vigilants face au nouveau gouvernement", a-t-il ajouté.

Donald Trump est "un porc". Aux journalistes qui lui demandaient si les manifestations étaient une réaction appropriée à l'élection de Donald Trump, il a répondu : "Oui, absolument". Des manifestants ont à nouveau protesté vendredi dans une vingtaine de villes américaines et prévoyaient de le faire encore ce week-end contre l'élection à la présidence du milliardaire. Robert De Niro n'avait pas mâché ses mots à l'égard du candidat républicain pendant la campagne, le traitant de "porc" et d'"idiot" dans une vidéo très partagée sur les réseaux sociaux.

Un refuge en Italie ? De Niro avait même dit vouloir "flanquer son poing à la figure" du magnat de l'immobilier en raison de ses déclarations grossières sur les femmes. Mais il a admis dans le talk-show "Jimmy Kimmel Live!" mercredi qu'il ne pouvait "plus le faire maintenant" que Trump avait été élu. "Il est président, et je dois respecter cette fonction. (...) Voyons ce qu'il fait et s'il met en oeuvre" ses promesses de campagne, avait-il déclaré.

Mais s'il souhaite quitter les Etats-Unis, Robert De Niro a une option : la ville du sud de l'Italie dont ses grands-parents sont originaires a proposé de l'accueillir. "Si, après la déception (de l'élection) de Trump, il veut venir se réfugier ici, il est le bienvenu", a déclaré le maire de Ferrazzano, Antonio Cerio.