D-Day : des tanks en caoutchouc pour leurrer les Allemands

  • A
  • A
D-Day : des tanks en caoutchouc pour leurrer les Allemands
Avant le Débarquement de Normandie, les Alliés ont tout fait pour détourner l'attention des Allemands. Avec succès.@ REUTERS
Partagez sur :

CONTRE-ESPIONNAGE - En 1944, pour détourner l’attention des forces allemandes de la Normandie, les Alliés ont lancé l'opération Fortitude. Un coup de maître.

Des tanks gonflables, des armées fantômes et de fausses informations soigneusement distillés : en 1944, les forces Alliées ont tout fait pour laisser penser aux Allemands que le Débarquement se produirait en Norvège et surtout dans le Pas-de-Calais. Et cette vaste manipulation aux détails rocambolesque, baptisée "opération Fortitude", a fonctionné et permis le succès du Débarquement de Normandie, auquel Hitler et son état-major ne s’attendait pas. 70 ans après, retour cet incroyable mensonge.

Une opération de manipulation. En 1944, l’Allemagne sait qu’un débarquement des Alliés se prépare. Mais elle ne sait pas où. De son côté, le contre-espionnage des Alliés s’applique à semer le doute via une vaste opération de manipulation baptisée "Fortitude" ("courage", en anglais). Il s’agit de faire croire aux Allemands que le débarquement se produira en Norvège et dans le Pas-de-Calais. Le nord de la France constitue en effet "le lieu de Débarquement le plus probable, puisque c’est la côte française la plus proche de l’Angleterre", souligne l’historien Olivier Wievorka, invité de Franck Ferrand le 17 mars dernier. 

Réécoutez l'émission de Franck Ferrand consacrée à l'opération Fortitude :


Nom de code : Garbo. Dans cette extraordinaire opération, un homme, Juan Pujol Garcia, alias Garbo, joue un rôle particulier en parvenant à tromper les Allemands pendant plus de deux ans. Cet Espagnol est un agent double travaillant pour le compte de la Grande-Bretagne, dans les rangs des services allemands, auxquels il fournit de fausses informations. Au milieu de ses mensonges, il distille quelques éléments véritables pour mieux duper l’ennemi.  



Dans les archives nationales américaines, un mannequin gonflable censé être un parachutiste.

Des tanks en caoutchouc. L’opération Fortitude ne s’arrête pas là : le long des côtes britanniques, des "armées fantômes" sont mises en place. "On va créer des unités de tanks en caoutchouc, on va faire flotter de faux bâtiments, alimenter un faux trafic radio : tout ça c’est du leurre", décrit Olivier Wievorka. Dans L’Express, l’écrivain Larry Collins racontait en 1994 que pour que la supercherie soit parfaite, un vrai tank parcourait le terrain la nuit, avant que ne soient installés les faux chars d’assaut gonflable. Tout est bon pour détourner l’attention et avant le Débarquement, "les Alliés vont bombarder principalement hors de Normandie", indique Olivier Wievorka. 

La Normandie vue comme un leurre. Résultat : les Allemands pensent que le Débarquement en Normandie n’est qu’un leurre. Le 6 juin 1944, ils sont "persuadés qu’ils assistent à une diversion" et "ne démordent pas de l’idée que le choc principal se produira dans le Pas-de-Calais", ajoute l’historien. Les forces allemandes mettent beaucoup de temps à se rendre compte que le Débarquement de Normandie est bien l’opération principale et Hitler tarde à donner l’ordre à la 15e armée, basée dans le Pas-de-Calais, de rejoindre le front normand. Si l’opération a aussi bien fonctionné, c’est parce qu’elle a été bien menée, mais aussi "parce que cela correspond à l’idée qu’avaient les Allemands" d’un débarquement qui ne pouvait se produire que dans le nord de la France, souligne Olivier Wievorka, pour qui il faut replacer "Fortitude" à "sa juste proportion" : "bien entendu, l’opération Fortitude est importante [pour la réussite du Débarquement]. Mais la maîtrise de l’air par les Britanniques et les Américains l’est tout autant".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

ECOUTEZ - L'émission de Franck Ferrand consacrée à l'opération Fortitude

D-DAY - Sarkozy sera présent aux commémorations

DIPLOMATIE - Une visite royale réglée comme du papier à musique

EN IMAGES - Le "jour le plus long", c'était ça