Coups de semonce de Séoul contre un patrouilleur nord-coréen

  • A
  • A
Coups de semonce de Séoul contre un patrouilleur nord-coréen
Un bateau de l'armée de mer sud-coréenne. Image d'illustration. @ STR / DONG-A ILBO / AFP
Partagez sur :

Un patrouilleur nord-coréen est entré dans les eaux territoriales sud-coréennes lundi, au lendemain d'un tir de missile de Pyongyang. 

La marine sud-coréenne a tiré des coups de semonce lundi contre un patrouilleur nord-coréen à la frontière maritime disputée entre les deux pays, un jour après le lancement par Pyongyang d'une fusée à longue portée qui a aggravé les tensions sur la péninsule.

Il a "battu en retraite". Le ministère sud-coréen de la Défense a déclaré que le bâtiment nord-coréen avait franchi la frontière en mer Jaune peu avant 7 heures (minuit en France). "Il a rapidement battu en retraite après les tirs de semonce de la marine sud-coréenne", a déclaré un responsable du ministère.

Une frontière non reconnue. Les deux Corées ne sont pas d'accord sur la localisation de leur frontière maritime en mer Jaune. Depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, marquée par un simple cessez-le-feu, Pyongyang et Séoul sont toujours techniquement en état de guerre. Baptisée "ligne de limite du Nord", la frontière maritime a été tracée par les forces des Nations unies et des Etats-Unis en 1953. Pyongyang refuse de reconnaître cette ligne de démarcation qui a été le théâtre d'affrontements brefs mais sanglants entre les deux frères ennemis, en 1999, 2002 et 2009.

La Corée du Sud en état d'alerte. Les incidents comme celui survenu lundi sont assez fréquents et débouchent rarement sur quelque chose de plus grave. Mais la Corée du Sud est en état d'alerte renforcée après le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier et le tir dimanche d'une fusée nord-coréenne, qui est en fait pour Séoul un essai de missile balistique déguisé.