Coup de gueule et élection en Iran, ces histoires qui ont agité le web cette semaine

  • A
  • A
Coup de gueule et élection en Iran, ces histoires qui ont agité le web cette semaine
@ HO / IRANIAN PRESIDENCY / AFP
Partagez sur :

Maud Descamps vient nous raconter les bonnes histoires qui ont fait du bruit sur le web cette semaine.

On commence avec un coup de gueule de Caroline de Haas, ancienne collaboratrice de Benoît Hamon, qui qualifie Gérald Darmanin, qui vient de faire son entrée au gouvernement, d'homophobe...

C'était sur le plateau de .pol, la web émission du Lab d'Europe 1. Ecoutez. Caroline de Haas lui repproche d'avoir refusé de célébrer les mariages gays dans sa mairie à Tourcoing dans le Nord. Ecoutez.


Caroline de Haas dénonce l'entrée au...par LeLab_E1

Voilà donc pour le coup de gueule de la semaine, qui a fait pas mal de bruit sur le web.

En Iran, les électeurs se sont rendus aux urnes vendredi pour choisir leur président. Les résultats seront connus ce week-end. Et les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans la campagne électorale...

Oui, des réseaux sociaux qui sont pourtant... interdits en Iran. C'est toute l'ironie de cette campagne, mais tous les candidats les ont utilisés. Même le guide suprême, Ali Khamenei, est sur Twitter. Donc même les conservateurs s'y sont mis, ils ont d'ailleurs mené une campagne virulente sur le web avec la diffusion de "fake news" pour déstabiliser le camp du président Rohani. Et puis l'utilisation des réseaux sociaux a aussi permis aux électeurs d'échanger avec certains candidats qui ont même ouvert des comptes Instagram pour répondre à leurs questions.

Et on termine avec un anniversaire, celui du site d'information Les jours qui fête ses 1 an !

Oui, c'est le site créé par les anciens de Libération. Et pour l'occasion, ils sortent une belle application pour mobiles pour mettre en valeur leurs enquêtes d'actu au long cours. Le site vient d'ailleurs de lancer deux nouvelles rubriques "In bed with Emmanuel Macron", qui imagine ce qu'il se passe dans la tête du nouveau président de la République, et "Les insoumis de Marseille", pour suivre la campagne pour les législatives de Jean-Luc Mélenchon.