Côte d'Ivoire : 20 personnes s'évadent du palais de justice d'Abidjan

  • A
  • A
Côte d'Ivoire : 20 personnes s'évadent du palais de justice d'Abidjan
Vingt personnes sont parvenues à s'enfuir du palais de justice d'Abidjan situé en plein centre-ville (image d'illustration) @ ISSOUF SANOGO / AFP
Partagez sur :

"Dix [personnes] détenues et dix déférées" se sont évadées "aux environs de 11 heures" du matin après avoir agressé des agents de police.

Vingt personnes se sont évadées mardi du palais de justice d'Abidjan, en plein centre-ville de la capitale économique ivoirienne, après avoir agressé des policiers, a annoncé le procureur de la République.

Une évasion de masse. "Dix [personnes] détenues et dix déférées" se sont évadées "aux environs de 11 heures" du matin, a déclaré le procureur Richard Christophe Adou dans un communiqué. "Des détenus, extraits de la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan", qui étaient déferrés au palais de justice, "ont agressé des agents de police (...) occasionnant ainsi l'évasion de 20 personnes", précise le communiqué. "Il s'agit bel et bien d'une évasion et non d'une attaque", ajoute le procureur.

Manquement des agents ou intervention d'un groupe extérieur ? Sept agents (d'encadrement des établissements pénitentiaires) dont "le commandant du palais (de justice) ont été relevés de leur fonction et arrêtés", a annoncé le procureur Richard Christophe Adou, sur la télévision nationale. Selon un communiqué du directeur de l'administration pénitentiaire, les sept agents "ont manqué à leurs obligations", d'après les "premiers éléments de l'enquête". Mais selon une source judiciaire, l'évasion a été organisée par un commando d'hommes armés qui s'est introduit dans le palais de justice.

Déjà plusieurs évasions. La question de la sécurité est brûlante en Côte d'Ivoire depuis le début de l'année, après des mutineries dans l'armée et une série d'attaques contre des postes de police et de gendarmerie. Dimanche, cinq prisonniers s'étaient évadés de la prison de Gagnoa (centre de la Côte d'Ivoire). Quatre gardes pénitentiaires et un civil ont été arrêtés, soupçonnés de complicité, selon le maire de la ville, Bamba Medji.