Coronavirus : panique en Arabie saoudite

  • A
  • A
Coronavirus : panique en Arabie saoudite
De nombreux Saoudiens se sont présentés aux services d'urgence des hôpitaux de la région d'Al-Ahsa.@ Max PPP
Partagez sur :

ZOOM - Dans l'est du pays, les Saoudiens se ruent sur les urgences au moindre signe de fièvre.

L'INFO. Un vent de panique a commencé à souffler lundi sur la région est de l'Arabie saoudite. C'est dans cette zone qu'ont été recensés la majorité des cas de Coronavirus proche du SRAS, tandis qu'en France le pronostic vital des deux malades était "engagé" lundi soir. A Ryad, la communauté française commence à prendre des précautions.

>>> A lire : "Pronostic vital engagé" pour les deux patients

Le ministre de la Santé Abdallah Al-Rabia a annoncé dimanche que quinze personnes étaient mortes du Coronavirus depuis l'été dernier dans le royaume, sur un total de 24 cas d'infection en Arabie saoudite et de 34 dans le monde. Parmi eux, treize cas ont été recensés à l'hôpital du roi Fahd dans la région d'Al-Ahsa, dans l'est du royaume où se concentre la minorité chiite.

08.05 coronavirus.sras.jpg

© REUTERS

"J'ai ressenti les symptômes d'une grippe". Au moindre signe de fièvre, les habitants de cette région se ruent d'ailleurs sur les urgences. Tous les cas admis dans les hôpitaux de la région ont été placés en isolement médical, selon les autorités. "J'ai ressenti les symptômes d'une grippe, accompagnés de fièvre", a témoigné un jeune homme. "Je me suis rendu à l'hôpital mais ces symptômes ont disparu au bout d'une journée et, malgré cela, je suis toujours placé en quarantaine avec d'autres malades, ce qui me fait peur", a-t-il ajouté.

Dans la région, une fillette de 9 ans est morte à l'hôpital, quelques heures après son arrivée, avec une forte fièvre. Une autre victime est un jeune homme paralysé de 21 ans, Haidar Ghanem. Le jeune homme a été atteint il y a une semaine d'une "très forte fièvre" et a été admis dans une clinique locale "alors qu'il était inconscient", a assuré son père Mokhtar. Il est décédé quatre jours plus tard dans un hôpital où il a été transporté. Le ministre de la Santé a fait état dimanche de trois autres cas suspects en Arabie saoudite.

>>> A lire : Coronavirus : l'InVS sur le qui-vive

La communauté française inquiète. Chez les expatriés, l'inquiétude monte aussi. "On se rend bien compte qu'il faut rester prudent", explique au micro d'Europe 1 Catherine Rettien, une expatriée installée à Ryad. Elle dit désormais "éviter les endroits à forte affluence comme les souks", dont certains sont "très fréquentés".

>>> A lire : Coronavirus : faut-il s'inquiéter ?

 

Des mesures pour les pèlerins. Les autorités sanitaires doivent faire face à un souci majeur : la fréquentation des millions de pèlerins qui se rendent chaque année à La Mecque. A l'aéroport de Djeddah, sur la côte ouest du pays, des mesures spéciales ont été prises. "Le ministère de la Santé, en coordination avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a pris toutes les mesures nécessaires, de façon à éviter la propagation de ce virus et de façon à identifier tout risque d'émergence d'un virus Coronavirus", confirme sur Europe 1 Benoît Tamalet, conseiller santé à l'ambassade française. Il se veut rassurant, expliquant : "je ne pense pas à l'heure actuelle qu'on puisse s'inquiéter dans le cadre de la venue de ces pèlerins à Djeddah".

L'OMS ne change pas ses recommandations. L'OMS a appelé au calme lundi. A l'heure actuelle, l'OMS assure que le coronavirus n'est pas de nature à modifier ses recommandations de voyage et de commerce avec l'Arabie saoudite, malgré le fait que les experts ne savent toujours pas comment le virus se propage.