Corée du Nord : Washington impose un vote lundi à l'Onu sur de nouvelles sanctions

  • A
  • A
Corée du Nord : Washington impose un vote lundi à l'Onu sur de nouvelles sanctions
@ Loey Felipe / UNITED NATIONS / AFP
Partagez sur :

Les États-Unis comptent présenter lundi une nouvelle version du projet de sanctions à imposer à la Corée du Nord pour condamner son dernier essai nucléaire.

Les États-Unis ont demandé formellement à l'Onu de voter lundi sur un projet de résolution prévoyant de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord, malgré une forte opposition de la Chine et la Russie sur un premier texte.

Des sanctions plus sévères. Dans un communiqué annonçant cette mise au vote, la mission américaine à l'Onu s'abstient de préciser sur quoi il portera précisément. "Les États-Unis ont informé le Conseil de sécurité de l'Onu qu'ils voulaient une réunion lundi pour voter sur un projet de résolution afin d'imposer des sanctions supplémentaires à la Corée du Nord", indique le communiqué sans autre détail.

Leur projet de texte initial prévoit notamment un embargo sur le pétrole, l'interdiction d'importer du textile nord-coréen, un gel des avoirs du dirigeant nord-coréen, le renvoi dans leur pays des expatriés nord-coréens et la possibilité d'inspecter par la force des navires suspects en haute mer. 

Opposition de la Chine et de la Russie. Lors d'une réunion d'experts vendredi des 15 membres du Conseil de sécurité, la Russie et la Chine se sont cependant opposées à l'ensemble des mesures sauf sur le textile, selon des sources diplomatiques. Malgré cela, plusieurs missions diplomatiques voulaient croire vendredi à la possibilité d'un accord.

Un accord sur de nouvelles sanctions. Un mois après une interdiction d'importer du charbon, du fer et des crustacés nord-coréens, les 15 membres du Conseil veulent de nouvelles mesures afin de sanctionner l'essai nucléaire nord-coréen du 3 septembre, selon des diplomates. À ce stade, "je vois mal un veto et je pense qu'on arrivera à un accord" car tout le monde, Washington compris, a montré sa "volonté de négocier", indique un spécialiste du dossier sous couvert d'anonymat.  

Une menace face aux pays commerçant avec la Corée du Nord. À l'appui de leur nouvelle stratégie à la hussarde, les États-Unis manient deux menaces : un éventuel recours à la force militaire et l'avertissement, à l'adresse de Pékin et Moscou, que si aucun accord n'est trouvé à l'ONU, des sanctions américaines pourraient frapper les pays commerçant avec la Corée du Nord. Selon une source diplomatique, cette dernière menace est très présente en arrière-plan des discussions menées actuellement sur un huitième volet de mesures contre Pyongyang.

Établir un dialogue avec Pyongyang. Jusqu'à présent, ni Moscou ni Pékin n'ont brandi la possibilité d'un veto. Les deux capitales ne cessent de répéter que des sanctions isolées ne servent à rien et poussent à l'Onu pour que le projet de résolution intègre l'ouverture d'un dialogue avec le régime nord-coréen. Dans les premières discussions entre membres du Conseil de sécurité sur le projet de résolution américain, les Chinois et les Russes n'ont pas rejeté le texte en bloc ni réclamé du temps, comme ils ont pu le faire dans le passé, selon des sources concordantes.