Corée du Nord : Etats-Unis et Japon veulent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité

  • A
  • A
Corée du Nord : Etats-Unis et Japon veulent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité
@ DEVRA BERKOWITZ / UNITED NATIONS / AFP
Partagez sur :

Pyongyang a effectué dimanche matin son deuxième tir de missile en 15 jours, un essai interprété comme une forme de mise au défi du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In.

Les Etats-Unis et le Japon ont demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après le dernier tir de missile effectué dimanche par la Corée du Nord, ont indiqué des diplomates, Washington évoquant de nouveau des sanctions. Selon la représentation aux Nations unies de l'Uruguay, qui préside le Conseil au mois de mai, la réunion devrait se dérouler mardi après-midi au siège de l'ONU à New York.

Pyongyang a effectué dimanche matin son deuxième tir de missile en 15 jours, un essai interprété comme une forme de mise au défi du nouveau chef de l'Etat sud-coréen Moon Jae-In, tout juste élu. Lancé de la base militaire nord-coréenne de Kusong, dans la province du Nord Pyongan, vers 5H30 dimanche (20h30 GMT samedi), le projectile a parcouru environ 700 kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon."

"Une nouvelle provocation", selon la Maison-Blanche. "Il n'y a aucune excuse qui justifie les agissements de la Corée du Nord. (Le missile) est (tombé) près de la Russie. La Chine ne peut pas compter sur un dialogue. La menace est réelle", a tweeté dimanche matin l'ambassadrice américaine Nikki Haley, dont l'administration réclame depuis des semaines un renforcement des sanctions et un durcissement de la position de la Chine, principale alliée de Pyongyang.

Réagissant samedi soir à ce nouveau tir de missile, la Maison-Blanche avait demandé à ce "que cette nouvelle provocation soit un appel à toutes les nations pour mettre en oeuvre des sanctions bien plus fortes contre la Corée du Nord". De son côté, le Trésor américain avait indiqué samedi qu'il examinait "tous les moyens à sa disposition" pour couper les sources de financement international à Pyongyang.