Conseil de l'Europe : non à l'amalgame entre migrants et terroristes

  • A
  • A
Conseil de l'Europe : non à l'amalgame entre migrants et terroristes
@ ARIS MESSINIS / AFP
Partagez sur :

Thorbjørn Jagland s'est inquiété du risque de voir des mouvements anti-islam comme Pegida, en Allemagne, gagner en influence à la faveur des attentats.

Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, a appelé lundi à ne pas faire l'amalgame entre migrants et terroristes, estimant qu'il ne fallait "pas accuser de terrorisme ceux qui le fuient".

"Ne pas accuser de terrorisme ceux qui le fuient". "On ne devrait pas mélanger la crise des migrants et la menace terroriste. Le terrorisme était là bien avant. Nous ne devons pas accuser de terrorisme ceux qui le fuient", a souligné Thorbjørn Jagland. "Les terroristes n'ont pas besoin de réfugiés pour commettre leurs crimes. Ceux qui le croient ont succombé à leur propagande", a-t-il ajouté.

L'extrême droite durcit ses positions. Au lendemain des attentats de Paris, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a demandé "l'arrêt immédiat de tout accueil de migrants", tandis que le nouveau gouvernement conservateur et eurosceptique polonais a durci sa position sur les migrants. En Hongrie, le gouvernement conservateur de Viktor Orban envisage une action en justice contre les quotas décidés par l'Union européenne pour répartir les réfugiés entre les Etats membres.

Thorbjørn Jagland s'est également inquiété du risque de voir des mouvements anti-islam comme Pegida, en Allemagne, gagner en influence à la faveur des attentats.