Climat : le Canada fera "sa part", promet le nouveau Premier ministre

  • A
  • A
Climat : le Canada fera "sa part", promet le nouveau Premier ministre
@ Justin Tang / POOL / AFP
Partagez sur :

Le 8 novembre, la ministre canadienne de l'Environnement et du Changement climatique se rendra à Paris pour préparer la COP21, a annoncé Justin Trudeau.

Le Premier ministre Justin Trudeau a promis jeudi que le Canada allait "faire sa part pour réduire les émissions de gaz à effet de serre" et contribuer à la réussite de la conférence de l'ONU sur le climat de Paris.

"Un acteur" et "un meneur". A ce grand rassemblement de Paris, la COP 21, "le Canada est là pour être un acteur productif", voire pour être un meneur "dans certains dossiers, c'est le grand message que le monde a besoin d'entendre", a déclaré le nouveau chef de gouvernement sur la chaîne Radio-Canada.

Le Canada a deux objectifs à la COP21, a indiqué Justin Trudeau pour son premier entretien télévisé au lendemain de sa prise de fonctions: d'abord "participer pleinement et faire un apport constructif à ces négociations et nous allons faire notre part pour réduire les émissions de gaz à effet de serre" (GES), puis "s'assurer que tous les pays s'engagent de façon solide à faire de même" à cette conférence. "Nous avons besoin d'empêcher ce réchauffement de 2 degrés de la planète et le Canada doit faire sa part", a-t-il assuré.

Ministère du changement climatique. Dès le 8 novembre, Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique, va être à Paris pour "commencer les pré-rencontres au niveau ministériel", a-t-il annoncé. L'ajout, en plus de l'Environnement, du libellé "changement climatique" à ce ministère est, au-delà du symbole, la reconnaissance par le Canada "que les changements climatiques sont réels" et à traiter en priorité. 

Coordination entre les provinces. Sur les cibles de réduction des gaz à effet de serre, le Premier ministre a assuré être "en train de coordonner avec les provinces une rencontre" avant la conférence, afin d'arrêter une "position forte". Si les perspectives locales sont différentes ou si des mécanismes variés sont mis en place pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, toutes vont se rassembler sur les buts à atteindre, a expliqué en substance M. Trudeau.