Cisjordanie : son fils a tué une Israélienne

  • A
  • A
Cisjordanie : son fils a tué une Israélienne
@ Reuters
Partagez sur :

REPORTAGE - Une Israélienne a été tué par un Palestinien, lundi. La famille du meurtrier met son geste sur le compte de la frustration.

Il a lancé sa voiture sur des Israéliens qui attendaient un bus avant d’en sortir pour poignarder trois personnes. Lundi, un Palestinien a tué une jeune Israélienne de 25 ans et blessé deux hommes de 26 et 50 ans près des colonies juives de Goush Etzion, en Cisjordanie. Cette attaque est un nouveau symptôme d’une ambiance extrêmement tendue entre Juifs et Arabes en Israël. Pour la famille de Maher Hamdi al-Hashlamon, grièvement blessé par balles lors de son interpellation, le véritable coupable, c’est l’Etat israélien qui renforce la pression sur les Palestiniens.



En Israël, un Palestinien a tué une Israélienne...par Europe1fr

Un gendre idéal … Devant l’appartement d’Hébron, désormais vidé par la famille inquiète de représailles, un voisin montre une photo d’un agresseur très apprêté au profil de gendre idéal. Le 4 pièces qu’il venait de s’acheter avec sa femme et ses deux enfants témoigne d’ailleurs de la relative aisance financière de ce comptable. "C’est un garçon éduqué qui voyage beaucoup : la Turquie, Dubaï, …", décrit celui qui est aussi son ami.

… en apparence. Il oublie de préciser que son voisin a côtoyé plus jeune un mouvement islamiste, qu’il a fait quatre ans de prison et que le Djihad islamique, l’organisation terroriste qui règne à Gaza, l’a présenté comme un de ses membres. "Ca n’a rien à voir", nous jure le père de Maher qui accepte de nous rencontrer pour, dit-il, remettre les choses à leur place. "Il avait obtenu son diplôme en prison, il se voyait un avenir. Il s’était rangé. Oui, il était religieux. Oui, il connaissait le Coran par cœur. Mais il aimait la vie."

Son père "ne voit qu’une explication : cette pression que les Israéliens mettent sur nous, très forte en ce moment. Surtout pour les jeunes." Le voisin de Maher précise qu’il "était énervé car un de ses frères est hospitalisé dans le coma à l’intérieur d’une colonie juive. Ça fait deux ans qu’il demande une permission pour lui rendre visite mais les colons ne lui ont jamais accordée." Est-ce la raison du passage à l’acte ? Une colonie, précisément ce que ce jeune père de famille a ciblé, avec les moyens du bord, insiste un oncle. Mercredi soir, deux jours après l’attaque, Israël a annoncé la construction de 200 nouveaux logements dans le quartier arabe de Jérusalem-Est. Au fond, le geste de Maher, c’est de la légitime défense, ajoute son oncle, approuvé par l’ensemble du salon familial.

>> LIRE AUSSI - Se dirige-t-on vraiment vers une troisième Intifada ?