Chine : cent "jeunes mariées" s'évaporent dans la nature

  • A
  • A
Chine : cent "jeunes mariées" s'évaporent dans la nature
@ Photo d'illustration / Reuters
Partagez sur :

Cette histoire fleure bon l'arnaque, selon la police chinoise. Les jeunes époux avaient dû payer 13.000 euros pour rencontrer leur promise.

Où ont bien pu s'envoler cette centaine de jeunes mariées ? La police chinoise est à la recherche de ces jeunes Vietnamiennes soudainement disparues après leurs épousailles avec des célibataires chinois de la campagne, a rapporté jeudi la presse officielle. La police soupçonne une immense arnaque au mariage.

13.000 euros l'épouse. Chaque célibataire chinois avait dû s'acquitter auprès d'un gang de l'équivalent d'au moins 13.000 euros si les présentations avec sa promise s'étaient avérées concluantes. L'affaire s'est déroulée à Quzhou, dans la province du Hebei près de Pékin, où une entremetteuse, une Vietnamienne d'origine nommée Wu Meiyu, mariée sur place à un Chinois et installée depuis 20 ans, officiait à raison de 100.000 yuan (13.000 euros environ) le mariage arrangé, selon le China Daily.

Cette pourvoyeuse a disparu fin novembre en même temps que plus d'une centaine de Vietnamiennes qu'elle avait présentées à leur conjoint depuis le début de l'année, selon le journal. Les jeunes femmes auraient pu s'entendre pour prendre la poudre d'escampette au même moment. "Avec les nouveaux moyens de communication, il est facile pour toutes les jeunes mariées de s'en aller en même temps", a commenté un responsable local cité par le journal, qui y voit la main d'un réseau organisé.

>> LIRE AUSSI - Vers la fin de la politique de l'enfant unique ?

A la limite du trafic d'êtres humains. Le déséquilibre démographique hommes-femmes et l'exode rural en Chine ont donné naissance à un fructueux "commerce" conjugal avec les pays du Sud-est asiatique, et le Vietnam en particulier, où nombre de célibataires des campagne "achètent" ainsi leurs épouses par le biais d'entremetteuses. En Chine, où 118 garçons naissent pour 100 filles, selon les statistiques officielles, les ruraux célibataires doivent amasser une petite fortune pour attirer une femme, et il peut leur en coûter jusqu'à 400.000 yuans. Un montant hors de portée pour beaucoup, à l'origine d'un "commerce" international en plein essor, souvent apparenté au trafic d'êtres humains.