Charlie Hebdo : des heurts devant le consulat français à Karachi

  • A
  • A
Charlie Hebdo : des heurts devant le consulat français à Karachi
A Multan, des manifestants anti-Charlie Hebdo ont brûlé un drapeau français.@ STR/AFP
Partagez sur :

Au moins deux personnes ont été blessées devant le consulat de France à Karachi, au Pakistan, où se sont rassemblés des manifestants anti-Charlie Hebdo. Un photographe de l'AFP a été blessé.

Au moins deux personnes, un policier et un cameraman d'une chaîne locale, ont été blessées. Des heurts violents ont éclaté vendredi devant le consulat français de Karachi entre manifestants anti-Charlie Hebdo et policiers. Des policiers ont effectué des tirs de sommation et utilisé le canon à eau pour disperser des manifestants dans la métropole économique du Pakistan. Un photographe de l'Agence France-Presse a été grièvement blessé. Transporté d'urgence à l'hôpital, il a été subi avec succès une opération chirurgicale. 

>> LIRE AUSSI - Ces pays où Charlie Hebdo est indésirable

A l'appel des partis islamistes. Les manifestants protestaient contre la nouvelle caricature du prophète Mahomet, publiée en une du journal satirique français, dont la rédaction a été décimée mercredi dernier. Les grands partis islamistes du Pakistan avaient appelé à des manifestations nationales pour dénoncer cette publication. 

Des manifestations ont aussi eu lieu à Islamabad, Lahore, Peshawar et Multan. Dans cette ville du centre du pays, un drapeau français a été brûlé.

Des "caricatures blasphématoires". La semaine dernière, le Pakistan, qui est le deuxième pays musulman le plus peuplé au monde, avait condamné officiellement l'attaque contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts. Mais au "pays des purs", le ton s'est durci ces derniers jours, avec notamment une manifestation à Peshawar en hommage aux frères Chérif et Saïd Kouachi, auteurs de l'attentat contre l'hebdomadaire. Et le Premier ministre, Nawaz Sharif, tout comme le Parlement, ont condamné la publication de "caricatures blasphématoires". 

>> A LIRE AUSSI - En Turquie, la une de "Charlie" interdite sur le web