Ceta : la ministre canadienne du Commerce appelle l'UE à "finir son job"

  • A
  • A
Ceta : la ministre canadienne du Commerce appelle l'UE à "finir son job"
@ HERBERT NEUBAUER / APA / AFP
Partagez sur :

Martin Schulz a pour sa part indiqué que le sommet prévu jeudi avec le Canada restait pour l'instant à l'agenda.

La ministre canadienne du Commerce, Chrystia Freeland, a appelé samedi l'UE "à finir son job" sur le Ceta, traité de libre échange entre l'UE et le Canada, rappelant que son pays était prêt à signer cet accord, selon l'agence de presse belge Belga.

"Nous avons fait notre job, il est temps pour l'Union européenne de finir le sien", a-t-elle dit à l'issue d'une rencontre avec le président du Parlement européen, Martin Schulz. Chrystia Freeland, citée par Belga, a précisé qu'elle quittait la Belgique samedi matin pour rejoindre Toronto. "J'espère vraiment que les Européens vont parvenir à aboutir et que je pourrai revenir ici dans quelques jours avec mon Premier ministre (Justin Trudeau, ndlr) pour signer l'accord", a-t-elle ajouté. La signature de l'accord était initialement prévue le 27 octobre à Bruxelles.

"Les problèmes sont sur la table des Européens et nous devons essayer de les régler". Schulz a pour sa part indiqué que le sommet prévu jeudi avec le Canada restait pour l'instant à l'agenda. "Les problèmes sont sur la table des Européens et nous devons essayer de les régler", a-t-il indiqué. "Cette rencontre a été très constructive et sera peut-être décisive. Je reste optimiste." Il doit s'entretenir avec le chef du gouvernement de Wallonie, Paul Magnette, à la suite de son entretien avec Freeland. Cette région francophone du sud de la Belgique est hostile à cet accord en l'état et bloque l'ensemble des négociations entre l'Union européenne et le Canada.

Vendredi soir, Chrystia Freeland avait déclaré: "Il semble évident pour moi, pour le Canada, que l'Union européenne n'est pas capable maintenant d'avoir un accord international, même avec un pays qui a des valeurs aussi