Centrale de Fukushima : des images montrent peut-être du combustible fondu

  • A
  • A
Centrale de Fukushima : des images montrent peut-être du combustible fondu
Des images prises lundi dans le réacteur 2 de la centrale accidentée de Fukushima montrent pour la première fois la présence possible de combustible fondu, a annoncé la compagnie gérante Tepco. @ Tokyo Electric Power (Tepco)
Partagez sur :

Tepco, l’opérateur de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima, a découvert ce qui pourrait bien être des débris de combustible nucléaire en-dessous du réacteur n°2, touché par la catastrophe de mars 2011.

Des images prises lundi dans le réacteur 2 de la centrale accidentée de Fukushima montrent pour la première fois la présence possible de combustible fondu, a annoncé la compagnie gérante Tokyo Electric Power (Tepco).

Un petit robot va être envoyé. "Il est encore trop tôt pour savoir précisément de quoi il s'agit, mais des investigations plus poussées auront lieu prochainement en utilisant des technologies d'analyse plus poussées", a déclaré lors d'une conférence de presse Takafumi Anegawa, un des membres de l'équipe de travail constituée par Tepco pour améliorer la gestion de l'activité nucléaire du groupe. Une sorte de petit robot devrait être envoyé pour effectuer des examens courant février et recueillir davantage d'éléments.

Les suites du tsunami de 2011. Le réacteur 2 est, à l'instar des 1 et 3, l'un des plus endommagés et responsables de dégagements massifs de substances radioactives dans la nature après la mise en péril du site par le tsunami de mars 2011. Jusqu'à présent, les examens n'ont pas permis de localiser précisément le combustible fondu dans ces trois unités, sur les six que compte la centrale. "Il est essentiel de comprendre ce qui se passe dans les réacteurs 1, 2 et 3 pour savoir comment procéder techniquement pour le démantèlement et la décontamination et je pense donc qu'il est très important de disposer de ces photos", a réagi devant la presse Dale Klein, ex-président de l'autorité nucléaire américaine qui conseille Tepco au sein du comité de réforme mis en place par la compagnie.

Pour le moment, on ignore où se trouve le corium (magma résultant de la fusion du cœur des réacteurs, ndlr) et rien n'est défini quant aux techniques à mettre en oeuvre pour le récupérer. Ces interventions ne débuteront dans tous les cas pas avant des années.