Serge Lazarevic attendu à Paris mercredi matin

  • A
  • A
Serge Lazarevic attendu à Paris mercredi matin
@ CAPTURE D'ECRAN FRANCE 2
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Serge Lazarevic, dernier otage français dans le monde, "est libre" après plus de trois ans de captivité au Sahel. Il rentrera en France mercredi matin.

LES TROIS INFORMATIONS A RETENIR

- Serge Lazarevic, dernier otage français dans le monde, détenu au Sahel depuis trois ans, a été libéré
- En "relativement bonne santé", il arrivera mercredi matin sur la base aérienne de Villacoublay
- Toute la classe politique exprime son "soulagement"

L'ESSENTIEL

"Notre dernier otage est libre". C'est François Hollande qui a annoncé mardi à la mi-journée la libération de Serge Lazarevic, en marge d'une visite à la caserne des Gardes républicains des Célestins à Paris. "Notre otage Serge Lazarevic, notre dernier otage, est libre", a déclaré le président. 

L'annonce en vidéo :



"La France n'a plus aucun otage, dans aucun pays au monde", s'est-il réjoui. "Aujourd'hui c'est la joie", a-t-il dit. "J'accueillerai Serge Lazarevic à son retour", a encore annoncé le chef de l'Etat. 

Libéré près de Kidal, dans le nord du Mali. Serge Lazarevic, colosse d'1,98 m et 120 kilos, avait été enlevé dans le nord du Mali le 24 novembre 2011 avec Philippe Verdon, dont la mort avait été confirmée par l'Elysée en juillet 2013. La libération de Serge Lazarevic a eu lieu près de Kidal, dans une région connue pour être un bastion de la rébellion, notamment touarègue. L'ex-otage était mardi en route pour Niamey, la capitale du Niger.

>> LIRE AUSSI - Serge Lazarevic : de l'enlèvement à la libération

"Rapidement rapatrié en France". Serge Lazarevic doit d'abord transiter par Niamey. Sa fille, Diane, a pris mardi un avion pour la capital nigérienne, afin d'aller chercher son père. L'ex-otage sera accueilli mercredi vers 7h30 par François Hollande sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris. D'après l'Elysée, l'ex-otage est en "relativement bonne santé". Dans une vidéo diffusée le 17 novembre par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Serge Lazarevic apparaissait avec un bonnet noir et une barbe fournie, déclarant en français être malade et estimant que sa vie était en danger.

>> LIRE AUSSI - Les premières images de Serge Lazarevic, libre

Des "efforts intenses" du Niger et du Mali. On ignore encore les conditions de la libération de l'otage, qui était aux mains d'Aqmi. "Il y a eu pendant de très longs mois des discussions et ce sont les autorités du Niger qui une fois encore nous ont permis, avec celles du Mali, d'obtenir cette libération", a simplement indiqué François Hollande, sans évoquer un éventuel échange de prisonniers. De son côté, la présidence nigérienne a assuré que cette libération était le résultat "d'efforts intenses" de la part du Niger et du Mali, et souligné "l'engagement et le professionnalisme dont ont su faire preuve les services nigériens et maliens". 

>> LIRE AUSSI - Comment Serge Lazarevic a pu être libéré

"Soulagement" dans la classe politique. L'annonce de la libération du Français a été saluée par de nombreux élus, de droite comme de gauche. Le Premier ministre Manuel Valls a réagi sur Twitter :



Nicolas Sarkozy a lui aussi exprimé son soulagement : 



>> LIRE AUSSI - La classe politique exprime son soulagement

Côté malien, la présidence a, elle aussi, réagi à la libération de l'otage sur Twitter.



"Une excellente nouvelle". Ce sont les premiers mots de Didier François, grand reporter à Europe 1, pour qualifier la libération de Serge Lazarevic. "C'est un immense bonheur", a ajouté, l'ex-otage en Syrie. 

>> LIRE AUSSI - La libération de Serge Lazarevic, "une excellente nouvelle"