Catalogne : plusieurs ministres déchus sont rentrés en Espagne

  • A
  • A
Catalogne : plusieurs ministres déchus sont rentrés en Espagne
Les deux ministres déchus ont été accueillis par des manifestants à leur arrivée à Barcelone. @ JOSEP LAGO / AFP
Partagez sur :

La justice espagnole souhaite entendre les membres du gouvernement indépendantiste déchu de la Catalogne, mais son ex-président, Carles Puigdemont, est toujours à Bruxelles. 

La justice espagnole attend les indépendantistes au tournant. Carles Puigdemont est convoqué jeudi par la juge à Madrid où il doit être interrogé avant une possible inculpation pour rébellion. Mais à 24 heures de l'échéance, celui qui réclame la garantie d'un procès impartial, n'aurait toujours pas quitté Bruxelles.

"Président, laissez tomber !". Mardi, au moins deux des membres destitués de son gouvernement sont rentrés à Barcelone : Joaquin Forn, qui avait reçu le portefeuille de l'Intérieur, et Dolors Bassa, ex-ministre du Travail. Ils ont été chahutés à leur arrivée à l'aéroport par un groupe d'unionistes, drapeaux espagnols à la main. Ces manifestants les ont accusés de trahison : "où est ta République ?", ont-ils scandé. À Barcelone, la fuite de Carles Puigdemont est jugée très sévèrement. El Periódico, le deuxième tire catalan titrait mercredi matin : "Président, laissez tomber !"

Face à la justice, une défense difficile. Tous les ex-ministres catalans doivent être entendus par la justice. Plusieurs d'entre eux ont déjà annoncé qu'ils se présenteraient. La juge pourrait ordonner leur maintien en détention, mais en s'installant en Belgique, Carles Puigdemont leur a compliqué la tâche ; il leur sera désormais difficile de plaider l'absence de risque de fuite.

S'il ne répond pas à la convocation, celui qui se prend encore pour le président de la Catalogne pourrait faire l'objet d'un mandat d'arrêt et d'une demande d'extradition.