Cassez : l'affaire devient diplomatique

  • A
  • A
Cassez : l'affaire devient diplomatique
Maxppp@ MAXPPP
Partagez sur :

La guerre diplomatique est ouverte après le rejet du dernier recours de Florence Cassez.

"Je suis choquée". Michèle Alliot-Marie n’a pas mâché ses mots vendredi matin sur France 2 au lendemain du rejet du pourvoi en cassation de Florence Cassez. "Les conditions dans lesquelles cette décision a été prise ne sont pas dignes d'un Etat de droit", a fustigé la ministre des Affaires étrangères qualifiant la décision mexicaine d’"inique".

"Il est évident que cela aura des conséquences sur les relations entre la France et le Mexique", a aussi menacé Michèle Alliot-Marie. La ministre a d’ailleurs indiqué qu'elle boycotterait les manifestations prévues pour l'année du Mexique en France. L'opposition semble sur la même ligne : la première secrétaire du PS et maire de Lille Martine Aubry, a appelé vendredi les collectivités locales dirigées par des socialistes à boycotter l'année du Mexique en France.

Autre signe de la gravité de la crise diplomatique : l'ambassadeur du Mexique en France a été convoqué vendredi matin au Quai d’Orsay. Mexico n'a pas tardé à répliquer et a convoqué vendredi soir l'ambassadeur de France au Mexique.

"Un déni de justice"

Le Mexique s’est aussitôt fendu d’un communiqué très solennel transmis par l'ambassade du Mexique en France. "Contrairement aux déclarations faites par la ministre d'État et ministre des Affaires étrangères et européennes de la République française, Mme Michèle Alliot-Marie, le Septième tribunal collégial en matière pénale du premier circuit a analysé chacun des arguments présentés par la défense, lesquels ont été unanimement rejetés par les magistrats", lit-on dans le communiqué.

"Notre compatriote a été jugée dans des conditions qui ne sont pas acceptables. C'est un déni de vérité, c'est un déni de justice", avait déclaré Michèle Alliot-Marie.

"Nous ne l’abandonnerons pas"

Les propos très durs de la chef de la diplomatie française risquent-ils de porter préjudice à la Française de 36 ans emprisonnée depuis cinq ans au Mexique ? Non, puisque le pourvoi en cassation était la dernière voie de recours au Mexique.

Désormais, c’est dans des instances internationales comme la Cour interaméricaine des Droits de l'Homme au Costa Rica ou la Cour internationale de Justice de La Haye que pourrait se jouer le sort de Florence Cassez. Michèle Alliot-Marie doit justement rencontrer les avocats de la Française condamnée à 60 ans de prison pour en discuter. "Il est évident que nous ne l'abandonnerons pas", a insisté la ministre.

Le soutien d'Aubry

De son côté, Martine Aubry a appelé vendredi les collectivités locales socialistes à boycotter l'année du Mexique en France après la condamnation définitive de Florence Cassez. Elle a également annulé une exposition d'estampes mexicaines dans sa ville de Lille, selon la mairie. L'exposition "Drôles d'estampes", dont le vernissage avait eu lieu jeudi soir, devait ouvrir ses portes au public jusqu'au 3 avril à l'Espace le Carré dans le Vieux-Lille.