Canada : fusillade dans le centre d'Ottawa

  • A
  • A
Canada : fusillade dans le centre d'Ottawa
@ Reuters
Partagez sur :

RETOUR SUR - Après les deux fusillades qui ont éclaté aux abords et dans le Parlement canadien, la police a abattu le tireur. Elle a bouclé tout le quartier et tente de capturer d'éventuels complices.

• L'ESSENTIEL

>> Un homme armé a ouvert le feu en deux endroits distincts autour du parlement d'Ottawa et à l'intérieur du bâtiment.

>> Il a été abattu par le service de sécurité du Parlement. 

>> Un militaire canadien a été tué et trois autres personnes au moins sont blessées. 

• LE RÉCIT

Les premiers coups de feu ont retenti mercredi matin en plein centre-ville d'Ottawa. Un soldat canadien a été tué par balles alors qu'il surveillait un monument à proximité du Parlement d'Ottawa, selon un journaliste de l'AFP et des témoins présents sur place.  L’hôpital d'Ottawa a affirmé soigner actuellement trois personnes blessées dans la fusillade. 

Des commandos de la police lourdement armés ont été rapidement déployés autour du bureau du Premier ministre canadien Stephen Harper et du Parlement fédéral vers lequel, selon des témoins, un hommes armé se serait dirigé après avoir ouvert le feu sur le soldat. "Un homme est entré dans le Parlement en courant. Il était poursuivi par des policiers armés de fusils qui criaient à tout le monde de se mettre à couvert", a déclaré un employé du Parlement. 



Un reporter de Radio Canada enfermé dans le Parlement affirme avoir entendu cinquante coups de feu à l'intérieur du bâtiment. Stephen Harper et le chef de l'opposition Thomas Mulcair sont sortis "saufs" du Parlement. Selon plusieurs témoins, un homme serait sorti d'une voiture sans plaques d'immatriculation vers 9h30. Le véhicule est encore garé dans les environs. 



Selon la télévision publique canadienne, un tireur aurait été abattu par le chef du service de sécurité du Parlement, Kevin Vickers. 

Par mesure de sécurité, la police demande aux habitants de la ville de s'éloigner de la zone. Les écoles et les bases militaires sont placées sous haute surveillance. Le gouvernement a recommandé aux soldats de le pas sortir vêtus de leurs uniformes. Les ponts et les points de communication entre Ottawa et Gatineau, la ville francophone frontalière, sont contrôlés par la police.

>> VOIR AUSSI - La traque des tireurs en images

• LA VIDÉO

400 politiciens seraient actuellement toujours dans les locaux, selon The Globe and Mail qui diffuse une vidéo de l'avancée de la police dans les couloirs du Parlement.

Le député Pierre-Luc Dusseault qui se trouvait dans le bâtiment au moment des faits raconte à Radio Canada son vécu des événements de la journée.

Seule ouverture sur ce qu'il se passe à l'intérieur du bâtiment, les tweets de Gerry Byrne, un député canadien. S'il affirme ne pas pouvoir parler sur les ordres de la police, il assure que les forces de sécurité "savent où il se trouve". Il explique également que le calme est revenu à l'intérieur du bâtiment, les députés restent pour l'instant enfermés dans leurs bureaux. 

Pour assurer leur sécurité, les députés et leurs collaborateurs se sont barricadés dans les salles de réunions où ils se trouvaient au moment où des coups de feu ont déchiré le silence feutré des couloirs. Ce qui donne des scènes "surréalistes", comme l'explique Sheldon Peddle, directeur d'ONG convié ce mercredi au Parlement.



Autour du centre commercial, la police a d'abord évacué les lieux, craignant un troisième foyer de tirs. Mais quelques heures plus tard, les forces de l'ordre ont expliqué qu'aucun coup de feu n'avait été tiré depuis le mall.

Cette fusillade fait écho à une affaire survenue il y a quelques jours à Montréal, où un islamiste canadien avait fauché deux soldats au volant de sa voiture, tuant l'un d'eux. Les autorités canadiennes avaient relevé mardi d'un cran le niveau d'alerte terroriste, de bas à moyen.

De l'autre côté de la frontière, Barack Obama a annoncé qu'il suivait les événements avec attention. Assez pour que le défense aérienne américano-canadienne soit placée "en état d'alerte", selon un haut responsable du Pentagone. Le président américain s'est également entretenu avec le Premier ministre canadien Stephen Harper, une fois celui-ci sorti d'affaire. 

Radio Canada diffuse les images en direct du Parlement 

• LA CARTE DES LIEUX