Cameroun : au moins trois morts dans un attentat-suicide dans l'extrême-nord

  • A
  • A
Cameroun : au moins trois morts dans un attentat-suicide dans l'extrême-nord
@ STRINGER / AFP
Partagez sur :

La région est onfrontée aux attaques du groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Au moins trois civils ont été tués et une vingtaine d'autres blessés dimanche matin dans un attentat-suicide dans la région de l'Extrême-nord du Cameroun, confrontée aux attaques du groupe islamiste nigérian Boko Haram, a-t-on appris de sources concordantes.

Kamikaze à moto. "Un homme venu à moto s'est fait exploser sur un pont situé à proximité du marché de Mora", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire camerounaise sous couvert d'anonymat. "Quatre personnes, trois civils et le kamikaze, sont mortes sur le coup" et il y a une vingtaine de blessés, a précisé la source. Selon un responsable d'un comité de vigilance local, l'explosion, qui a eu lieu vers 07h (06H00 heure française), a fait "quatre morts (civils) et plusieurs blessés". 

Lutte contre Boko Haram. Mora, située près de la frontière avec le Nigeria, abrite le quartier général camerounais de la Force multinationale mixte, qui regroupe les armées des pays du bassin du lac Tchad engagés dans la lutte contre les islamistes nigérians. C'est aussi dans cette localité qu'est établie une importante base de la brigade d'infanterie motorisé (BIM), qui intervient en appui aux unités d'élite engagées en première ligne face à Boko Haram.

Née en 2009 dans le nord-est du Nigeria, l'insurrection de Boko Haram s'est étendue dans les quatre pays voisins qui entourent le lac Tchad: Nigeria, Niger, Tchad et Cameroun. Dans l'Extrême-nord du Cameroun, le groupe islamiste a mené depuis trois ans de nombreuses attaques meurtrières à partir de ses fiefs du nord-est du Nigeria. La région avait retrouvé un calme relatif depuis quelques mois grâce à l'intervention militaire régionale qui a permis d'affaiblir les islamistes. Selon le gouvernement camerounais, plus de 2.000 Camerounais au total ont été tués par Boko Haram.