Bulgarie: la photo du kamikaze dévoilée

  • A
  • A
Bulgarie: la photo du kamikaze dévoilée
Cette photo est accompagnée de plusieurs clichés du suspect présumé, portant des lunettes de soleil et une casquette pris à l'intérieur de l'aéroport de Bourgas.@ INTERPOL
Partagez sur :

Interpol a diffusé des clichés de l'auteur de l'attentat qui avait coûté la vie à cinq touristes.

L'attentat a désormais un visage. Interpol a diffusé sur son site internet la photo du kamikaze présumé de l'attaque anti-israélienne en Bulgarie. Elle avait coûté la vie à cinq touristes israéliens, au chauffeur bulgare du bus et au kamikaze.

La photo du visage reconstitué de l'auteur présumé de cet attentat-suicide, que la police bulgare a elle-même publiée mercredi, est "diffusée depuis hier" mercredi, a précisé Interpol.

Des clichés à l'aéroport

Cette photo est accompagnée de plusieurs clichés du suspect présumé, portant des lunettes de soleil et une casquette, habillé comme un touriste, pris à l'intérieur de l'aéroport de Bourgas (est de la Bulgarie).

aeroport tueur bulgarie 930

© Capture Interpol

Le ministère de l'Intérieur bulgare avait annoncé mercredi que le visage du kamikaze avait "été reconstitué à l'aide de technologies modernes et sur la base des données disponibles". Des restes de la tête et des jambes du kamikaze ont été retrouvés par les enquêteurs, après l'explosion d'une bombe le 18 juillet devant un autobus qui devait transporter des touristes israéliens de l'aéroport de Bourgas à la station balnéaire Côte du Soleil.

Une "black notice"

A la demande de la police bulgare, Interpol avait publié après l'attentat une "black notice", permettant de rechercher des informations sur les corps non identifiés. L'assistance d'Interpol pour la diffusion de la photo reconstituée était logiquement l'étape suivante dans cette enquête, a souligné le ministre de l'Intérieur bulgare, Tsvetan Tsvetanov, selon le communiqué d'Interpol.

L'attentat, qui avait fait par ailleurs plus de 30 blessés, est imputé par Israël à l'Iran comme commanditaire, ce que Téhéran nie avec véhémence, et au mouvement chiite libanais Hezbollah comme exécutant.