Bruxelles : des hooligans perturbent un rassemblement place de la Bourse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

VIDÉOS - Plusieurs centaines de hooligans ont scandé des slogans nationalistes, dimanche après-midi. La police a procédé à une dizaine d'interpellations. 

Un rassemblement pacifique place de la Bourse à Bruxelles, quelques jours après les attentats, a été perturbé par des manifestants nationalistes, dimanche après-midi. Plusieurs centaines de hooligans, arrivés à la gare de Bruxelles-Nord, ont investi la place où se trouve le mémorial en hommage aux victimes. Des heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre, et une dizaine de manifestants ont été interpellés par la police. 

Des projectiles incendiaires contre les forces de l'ordre. Ces supporteurs de football, certains encagoulés et vêtus de noir, ont scandé des slogans nationalistes. "Belgian hooligans, on est chez nous", ont ils notamment crié, selon le quotidien belge Le Soir. Sur place, Europe 1 a pu constater que ces hooligans ont ensuite investi brièvement les marches de la place de la Bourse, sous les huées de manifestants pacifistes. "C'est pas la Belgique ça, c'est pas la Belgique !" criait notamment une femme. "On a laissé venir ces crapules fascistes, alors que ça fait des soirs, des jours que les Bruxellois sont ici. Mais nous, on est là pour saluer la mémoire des victimes", expliquait un homme au micro d'Europe 1. La tension est alors montée d'un cran, forçant les forces de l'ordre a séparé les deux camps. 

Les manifestants nationalistes ont notamment lancé des projectiles incendiaires vers les forces de l'ordre et dégradé du mobilier urbain, a ensuite précisé la police à l'agence de presse Belga. Les forces anti-émeute ont finalement dispersé les manifestants à coups de canons à eau, et une dizaine d'entre eux ont été interpellés. 



Le marche contre la peur annulée samedi. La "marche contre la peur", prévue dimanche dans la capitale belge, a finalement été annulée samedi pour des raisons de "sécurité" à la demande des autorités. Malgré cette annulation, plusieurs centaines de personnes s'étaient quand même rassemblées.