Brexit : "Nous avons le sentiment que certains à Londres aimeraient nous faire chanter"

  • A
  • A
Brexit : "Nous avons le sentiment que certains à Londres aimeraient nous faire chanter"
Selon Robert Rochefort, la sortie du Royaume-Uni de l'UE doit se faire "le plus vite possible", @ Europe 1
Partagez sur :

Pour Robert Rochefort, député européen, vice-président du MoDem, les partisans du Brexit au Royaume-Uni jouent un double jeu.

INTERVIEW

Faut-il pousser les Anglais dehors après leur vote en faveur d’un Brexit? Pour Robert Rochefort, député européen, vice-président du MoDem, invité mardi sur Europe 1, il faut en tout cas que le divorce "se passe le plus vite possible", soutenant ainsi la position du Parlement européen qui avait réclamé en fin de matinée l’activation dès que possible de la procédure de retrait du Royaume-Uni de l'UE.

Double jeu. "Nous avons le sentiment que certains à Londres aimeraient nous faire chanter, en disant 'voilà, maintenant on a gagné mais on ne déposera notre article 50 - celui qui permet d’enclencher la procédure de divorce - que le jour où vous nous aurez garanti avant qu’on aura tout ce qu’on veut pour le après'". Robert Rochefort fait ainsi référence à Boris Johnson, ancien maire de Londres et partisan du Brexit, qui avait affirmé plus tôt qu'il n'y avait nul besoin de presser la procédure de sortie de l'Union.

"Liquider l'organisation". Une sortie rapide de l’UE est également souhaitée par Nicolas Dupont-Aignan, député maire de l'Essonne, et candidat à la présidentielle : "Cela doit se faire correctement et plutôt vite. La question, c’est le calendrier politique britannique. Je trouve que cela fait long de changer de Premier ministre. Jusqu’à septembre, il y aura beaucoup d’incertitudes." Mais le député va plus loin, demandant "de renégocier tous les traités européens pour bâtir une Europe des nations libres qui contrôlent leurs frontières, leur budget, leurs lois mais avec des coopérations". "L’Union appauvrit l’Europe, ne la protège pas. C’est le rôle des représentants de la nation de liquider cette organisation."