Brexit : le calendrier est "dans les mains des autorités britanniques"

  • A
  • A
Brexit : le calendrier est "dans les mains des autorités britanniques"
@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

La Première ministre britannique s'est engagée à déclencher le Brexit avant mars 2017, mais la justice britannique estime qu'un débat parlementaire doit être organisé au préalable.

Le calendrier de la sortie du Royaume-Uni de l'UE "est dans les mains des autorités britanniques", a souligné vendredi une porte-parole de la Commission européenne, au lendemain d'une décision de la justice britannique risquant de retarder le Brexit.

Entre les les mains de Londres. "C'est désormais une affaire britannique, le calendrier est entre les mains des autorités britanniques", a déclaré Mina Andreeva, interrogée par la presse au sujet d'un entretien téléphonique sur ce sujet, dans la matinée, entre Jean-Claude Juncker, le président de l'exécutif européen et la Première ministre britannique Theresa May.

"Un conversation plutôt brève". "Elle l'a informé de la décision de la Haute Cour" et Jean-Claude Juncker a de son côté "rappelé le respect de la Commission pour l'ordre constitutionnel du Royaume-Uni", a dit Mina Andreeva, indiquant que la conversation téléphonique avait été "plutôt brève". La Commission s'est refusée à tout commentaire sur le fond de la décision de la justice britannique et sur son impact sur le calendrier du Brexit.

De possibles débats parlementaires. La Haute Cour de justice de Londres a décidé jeudi que les députés britanniques devraient voter sur ce processus de sortie de l'UE. Le gouvernement britannique, qui ne juge pas ce vote utile, a immédiatement annoncé faire appel devant la Cour Suprême, qui devrait se prononcer début décembre. Mais si la décision de la Haute Cour est confirmée, elle entraînera des débats parlementaires qui pourraient ralentir significativement le Brexit et peser sur les négociations entre Londres et Bruxelles.

Avant mars 2017. La Première ministre Theresa May, qui s'est engagée à déclencher le Brexit avant fin mars 2017, n'a pas modifié ce calendrier. "Nous prévoyons toujours d'invoquer l'article 50 d'ici la fin mars", avait assuré jeudi un porte-parole de Downing Street, en référence à l'article du traité de Lisbonne, dont l'activation permet de déclencher formellement la procédure de divorce d'un pays avec l'UE.