Branson, un exploit interdit aux autres

  • A
  • A
Branson, un exploit interdit aux autres
@ REUTERS
Partagez sur :

Le milliardaire britannique va traverser la Manche en kitesurf contre la volonté de la préfecture.

Après une première tentative avortée mardi en raison d’une météo capricieuse, Richard Branson va de nouveau tenter mercredi de traverser la Manche en kitesurf. Accro à ce genre d’exploits, le propriétaire du groupe Virgin entend fêter à sa façon ses 60 ans en réalisant une traversée encore inédite sur une planche de surf tractée par un cerf-volant.

"Je ne peux rien imaginer d'aussi excitant à faire avec ma famille et mes amis pour fêter mes soixante ans", s’emballe le fantasque milliardaire britannique, sur le site du groupe Virgin.

Un exploit, interdit à d’autres

Mais "l'excitation" de vivre un tel exploit, d'autres en ont été privés avant lui… "Généralement, quand un sportif veut faire une traversée, il se heurte à la barrière administrative", déplore François Cuizinaud, directeur technique national en charge du kitesurf au sein de la Fédération française de vol libre (FFVL).

Au cours des deux dernières années, la FFVL a ainsi déjà déposé deux demandes de traversées de la Manche. En vain. "Pour nous Français, c’est très clair : le préfet maritime nous interdit la traversée, en raison des rails (les routes maritimes qu’empruntent les cargos pour traverser la Manche)", regrette-t-il, avant de lâcher : "peut-être qu’il a eu plus de facilité qu’une fédération pour obtenir une autorisation".

La préfecture "devant le fait accompli"

Pourtant, si la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord a donné son accord à cette traversée, ce n’est pas de bon cœur. "On ne cautionne pas du tout ce projet pour des raisons évidentes de sécurité, que le projet soit celui d’un milliardaire ou d’un sportif averti", regrette Christelle Haar, lieutenant de vaisseau en charge de la communication à la préfecture.

"On a été un peu mis devant le fait accompli" par les autorités britanniques, qui ont autorisé le célèbre kitesurfeur à partir d’Angleterre. poursuit-elle. Un départ de France aurait été, lui, "formellement interdit", assure-t-elle. Avant de glisser : "il a certainement eu, du fait de sa notoriété, des facilités" pour pouvoir de lancer depuis les côtes britanniques.

La préfecture a donc finalement donné son accord "à titre exceptionnel" à Sir Richard Branson, anobli en 1999 par la Reine d’Angleterre. En conditionnant son autorisation à plusieurs obligations : la traversée doit se faire avec un bateau pour deux kitesurfeurs, et la responsabilité de Richard Branson est entière en cas d’accident.

"Les conditions en pleine mer sont plus compliquées que sur la côte, le kitesurfeur doit rester attentif", précise François Cuizinaud, qui milite pour que le kitesurf ne soit plus considéré comme un simple sport de plage mais bien comme un sport nautique.

Sir Richard Branson, propriétaire d'un "petit coin de paradis" dans les îles vierges britanniques, semble conscient que la traversée ne sera pas qu'une partie de plaisir. "Je sais que pratiquer le kitesurf sur la Manche ne va pas être pareil que le pratiquer dans les eaux magnifiques des Caraïbes", s'amuse-t-il sur son site internet…