Boston : le FBI sur la sellette

  • A
  • A
Boston : le FBI sur la sellette
Le FBI est critiqué pour certains dans l'affaire des attentats de Boston.@ REUTERS
Partagez sur :

POLÉMIQUE - Des enquêteurs avaient interrogé l’un des suspects de Boston... en 2011.

L'info. Le FBI est-il passé à côté des frères Tsarnaev ? Après la mort de l’un des suspects des attentats de Boston et l’arrestation du second, les enquêteurs américains sont sous le feu des critiques. Car en 2011, Tamerlan Tsarnaev, l’aîné des deux frères, avait été interrogé par le FBI, qui n’avait pas à l’époque trouvé trace d’activités douteuses.

tamerlan tsarnaev CBS

Tsarnaev interrogé par le FBI. C’est à la demande de la Russie que les enquêteurs du FBI ont commencé à s’intéresser au jeune homme d'origine tchétchène, en 2011. Les services russes assuraient en effet que le jeune homme était "un partisan d’un islam radical et un croyant fervent", et "qu’il avait changé radicalement depuis 2010". Le FBI s’est donc lancé dans une enquête sur Tamerlan Tsarnaev, décortiquant ses voyages et ses activités sur Internet, et interrogeant aussi sa famille. Résultat : à l’époque, le FBI n’a trouvé "aucune trace d’activité terroriste".

> Attentats de Boston : le suspect interrogé

"Il était dans leur viseur". En 2012, Tamerlan Tsarnaev a fait un séjour de six mois au Daguestan et en Tchétchénie. "Pourquoi n’a-t-il pas été interrogé à son retour ?", a tonné Charles Schumer, un sénateur démocrate, pour qui "il y a beaucoup de questions qui méritent des réponses". Lindsey Graham, sénateur républicain, Caroline du Nord est plus catégorique : pour lui, "le FBI est passé à côté" d’éléments qui auraient pu alerter sur sa radicalisation. Tamerlan Tsarnaev "allait sur des sites Internet qui parlent de tuer des Américains", il "émettait clairement des idées radicales, il est allé dans des zones de radicalisme", a-t-il énuméré sur CNN.

> PROFIL : Qui sont les deux suspects ?

D'autres "ratages" ? Deux parlementaires américains se sont même fendus d’une lettre rageuse au FBI. Michael McCaul, représentant républicain du Texas et président  de la commission sur la Sécurité intérieure à la Chambre des représentants, estime que Tamerlan Tsarnaev "était dans leur viseur et ils l’ont laissé partir". Avec Peter King, élu de l’État de New York, il réclame toutes les informations que détenait le gouvernement sur le suspect des attentats. Et dénonce l’attitude du FBI en notant que depuis les attentats du 11 septembre 2001, Tamerlan Tsarnaev est le cinquième individu à "prendre part à des attentats terroristes bien que faisant l’objet d’une enquête du FBI". Sur leur liste figure Anouar al Aoulaki, un responsable d’Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), David Headley, un Américain impliqué dans les attentats de Bombay en 2008, ou encore Carlos Bledsoe, qui a tué un militaire devant un bureau de recrutement de l’Arkansas en 2009.

police à boston REUTERS

Une timide défense. Les enquêteurs du FBI ont tout de même trouvé un défenseur en la personne de Mike Rogers, représentant républicain du Michigan, pour qui le FBI a fait "un travail très complet" ? "Je ne pense pas qu’ils aient raté quoi que ce soit", a plaidé cet ex-agent du FBI connu pour son franc-parler sur la question. D’après lui, les services étrangers à l’origine de l’alerte sur Tamerlan Tsarnaev n’ont pas répondu à la demande du FBI de fournir plus d’informations. Et dans ce cas, "vous ne pouvez pas leur demander de faire quelque chose avec rien".