Birmanie : Suu Kyi sur le point d'endosser un rôle équivalent à celui de Premier ministre

  • A
  • A
Birmanie : Suu Kyi sur le point d'endosser un rôle équivalent à celui de Premier ministre
Aung San Suu Kyi est empêchée par la Constitution d'accéder à la présidence.@ STR / AFP
Partagez sur :

Une nouvelle fonction créée spécifiquement pour Aung San Suu Kyi devrait bientôt voir le jour en Birmanie. Elle lui permettra d'endosser un rôle équivalent à celui de Premier ministre. 

Le parti d'Aung San Suu Kyi a soumis jeudi une proposition visant à lui créer une nouvelle fonction, celle de "conseillère d'Etat", ont expliqué des députés, qui lui permettrait d'avoir un rôle équivalent à celui d'un Premier ministre. Cette proposition, qui mentionne Aung San Suu Kyi nommément, lui donnerait le pouvoir de tenir cette fonction qui n'existe pas dans le système birman.

Lien entre le Parlement et le président. Une fois ce texte validé, ce qui ne devrait être qu'une formalité vu la domination de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) au sein du Parlement, Aung San Suu Kyi pourrait faire la liaison entre le Parlement et le président. Ce dernier et le nouveau gouvernement ont pris officiellement leurs fonctions mercredi, cinq mois après des élections historiques remportées très largement par la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) d'Aung San Suu Kyi.

Empêchée d'accéder à la présidence. Elle est à la tête d'un super ministère (comprenant notamment les Affaires étrangères et l'Education), au sein de ce premier gouvernement civil du pays depuis des décennies. La lauréate du prix Nobel de la paix, empêchée de devenir présidente en raison d'une Constitution héritée de la junte, avait prévenu qu'elle serait "au-dessus" du président. Elle a, dans ce but, placé à ce poste Htin Kyaw, un proche.

Contrainte de renoncer à l'Assemblée. La Constitution interdit la fonction présidentielle à quiconque a des enfants de nationalité étrangère, ce qui est le cas d'Aung San Suu Kyi, qui a deux fils britanniques. Son nouveau rôle lui permettra d'avoir accès à l'Assemblée législative, alors qu'elle a été contrainte de renoncer à son siège parlementaire pour intégrer le gouvernement. "Ce texte sera discuté et approuvé dans les jours à venir", a expliqué Pu Gin Kam Lian un député de l'Etat Chin. Raz-de-marée pour la NLD, les élections de novembre ont aussi constitué un vote sanction contre le gouvernement de transition composé d'ex-généraux ayant pourtant mené des réformes importantes en cinq années de transition post-junte.