Berlusconi sera jugé par trois femmes

  • A
  • A
Berlusconi sera jugé par trois femmes
Un collège de trois magistrates sélectionnées automatiquement par ordinateur jugera Silvio Berluconi en avril prochain.@ REUTERS
Partagez sur :

Mis en cause dans une affaire de prostitution de mineure, le Cavaliere comparaîtra en avril.

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi sera jugé en avril pour le "Rubygate" où il est accusé d'avoir payé une prostituée mineure et d'avoir abusé de sa fonction en sa faveur. La juge Cristina Di Censo a décidé mardi son "jugement immédiat", procédure accélérée qui se base sur l'"évidence de la preuve", suivant la ligne du parquet formulée le 9 février. La première audience du procès devrait avoir lieu le 6 avril. Elle a été confiée, comble de l’ironie, à un collège de trois magistrates sélectionnées automatiquement par ordinateur.

Si leur désignation est le fruit du hasard, elle fait sourire de l’autre côté des Alpes. "Cela ressemble à une plaisanterie du destin", estime un Italien au micro d’Europe 1. Néanmoins, personne ne doute en Italie de l'impartialité des trois juges tirées au sort.

"Une plaisanterie du destin"

Silvio Berluconi a assuré de son côté mercredi que ce procès ne le préoccupait absolument pas et qu'il était déterminé à aller jusqu'au terme de son mandat, en 2013. "Pour l'amour du ciel, je ne parle pas de cela, tout ce que je peux dire est que je ne suis absolument pas préoccupé", a-t-il affirmé au cours d'une conférence de presse

Pourtant, selon un expert judiciaire, "Berlusconi est dans une mauvaise posture". Car, "pour demander un procès immédiat, il faut des preuves écrasantes et cela a l'air d'être le cas".

Le troisième scandale sexuel du Cavaliere

Le Cavaliere est accusé d'avoir rétribué les services sexuels de "Ruby la voleuse de coeurs", la jeune Marocaine Karima El Mahroug, entre février et mai 2010 quand elle était mineure et fait pression sur la police milanaise pour la faire relâcher après son interpellation pour vol la nuit du 27 au 28 mai.

Le Rubygate est le troisième scandale sexuel qui implique le Cavaliere, après les affaires Noemi (mai 2009), une mineure dont la fréquentation avait abouti à une demande de divorce de sa femme, et D'Addario (juin 2009), une prostituée qui avait raconté une nuit torride avec le Cavaliere. Mais il s'agit du plus grave car il est passible de trois ans de prison pour recours à la prostitution et de douze ans de réclusion pour abus de fonction.