Belgique : une campagne "faite maison"

  • A
  • A
Belgique : une campagne "faite maison"
De nombreux candidats ont choisi de jouer la carte de l'humour, quitte à livrer des performances discutables.@ CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE
Partagez sur :

Europe1.fr a sélectionné le meilleur du pire de la campagne pour les communales.

Slogans drôles ou douteux, dérapages, affiches artisanales placardées un peu partout et clips de campagne tantôt inventifs, tantôt ringards : la campagne bat son plein pour les élections communales en Belgique. 7,8 millions d’électeurs belges, mais aussi 120.000 ressortissants de l’Union européenne et 20.000 étrangers extracommunautaires se rendront aux urnes dimanche pour élire leurs représentants communaux et provinciaux. Pour les convaincre, près de 60.000 candidats sont prêts à tout, même au pire. Morceaux choisis d’une campagne haute en couleurs.

>> A lire aussi : Anvers, le visage de l'indépendantisme

Des affiches artisanales. Tout est bon pour se distinguer, mais certains candidats sont loin de maîtriser Photoshop. Ce qui ne les empêche pas de tenter les photomontages les plus hasardeux, comme celui du jeune Alexandre Dubuisson, de la liste Proximité Autrement, à Rixensart. Pour se mettre en valeur, le jeune homme a tout simplement collé sa tête sur le corps du sprinter Usain Bolt.

Belgique campagne Dubuisson Bolt

© CAPTURE D'ECRAN LEVIF.BE

Quitte à convoquer des célébrités, autant y aller franchement. Le Parti du travail de Belgique (PTB) de La Louvière a enrôlé parmi ses soutiens le héros de la série La petite maison dans la prairie, le célèbre Charles Ingalls.

Belgique PTB campagne

© PTB

A Marchin, tous les candidats de la liste "Renouveau Marchin-Vyle" n’ont pas pu se retrouver pour la photo officielle. Aucun problème : les absents ont été ajoutés après grâce à un petit montage photo. Sauf que ça se voit, et que la photo a depuis fait le tour du net.

belgique campagne marchin

© CAPTURE D'ECRAN TUMBLR

Le registre fripon n’est pas en reste, grâce à la jeune Milka Malfait, qui promettait de poser nue si elle obtenait mille voix, ou au PS de Namur, qui vante son "bon plan à trois".

belgique campagne milka

© CAPTURE D'ECRAN NIEUWSBLAD

Belgique PS Namur

© PS NAMUR

La campagne est partout. Si en France les règles d’affichage électoral sont très strictes, il n’en est rien outre-quiévrain. "Il n’existe pas à proprement parler de législation unique concernant l’affichage électoral", note la RTBF. Alors chacun s’en donne à cœur joie et les affiches sont placardées un peu partout, jusque dans les toilettes de ce bar d’Ixelles, à Bruxelles, s’amuse La Libre Belgique.

toilettes campagne belgique

© CAPTURE D'ECRAN LA LIBRE BELGIQUE

A Mons, la façade de cette maison affiche clairement la couleur, note ironiquement sur Twitter le candidat Nicolas Blanchart.

Des vidéos surprenantes. Pour faire du buzz, rien ne vaut une vidéo. Peu importe si le résultat fleure bon l’amateurisme, c’est même presque le résultat recherché. "Pour certains, ça peut les rendre sympathiques parce que, parfois, on se dit qu’il y a une volonté de faire quelque chose d’original, même si le lipdub est raté", analyse Marc Lits, spécialiste des médias, dans La Libre Belgique.

Le clip de la liste "Action Citoyenne", à Péruwelz, a ainsi fait le tour du web.





A Liège, Louis Maraite, sur la liste du MR, dit quant à lui être prêt à se "mouiller" pour Liège et joint le geste à la parole.





Mais ces vidéos réalisées avec des bouts de ficelle ne sont pas l’apanage des petits candidats : Benoît Cerexhe, ministre du gouvernement de la région Bruxelles-Capitale issu du Centre démocrate humaniste (CDH), livre un lipdub plutôt raté pour promouvoir sa candidature à Woluwe-Saint Pierre, à Bruxelles.





La performance ne convainc pas, explique Marc Lits. Pour lui, il n’est en effet "pas certain que ça l’aide à s’imposer comme une figure responsable, qui a une gestion décidée, qui est un politique averti".