Barroso déplore des mesures "discriminatoires" de l'UE après son embauche par Goldman Sachs

  • A
  • A
Barroso déplore des mesures "discriminatoires" de l'UE après son embauche par Goldman Sachs
José Manuel Barroso a-t-il manqué aux "devoirs d'honnêteté et de délicatesse" qui incombent aux anciens membres de la Commission ?@ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

L'ancien président de la Commission européenne a répondu à son successeur, qui lui a demandé des "clarifications" sur son embauche par la banque américaine. 

José Manuel Barroso contre-attaque. L'ancien président de la Commission européenne, à qui son successeur a demandé des "clarifications" sur son embauche par la banque américaine Goldman Sachs, a déploré mardi des mesures "discriminatoires" à son égard, dans un courrier que s'est procuré l'AFP.

"Ces actions sont non seulement discriminatoires mais elles apparaissent en plus comme incompatibles avec des décisions prises concernant d'autres anciens membres de la Commission", a-t-il écrit dans cette lettre, après avoir évoqué des dispositions prises par la Commission à son égard. Cette missive est datée de mardi et adressée à Jean-Claude Juncker, l'actuel président de la Commission.

Goldman Sachs, une banque vivement critiquée. La nomination de José Manuel Barroso a provoqué un torrent de critiques et plongé l'exécutif européen dans l'embarras. Goldman Sachs a en effet été l'objet de vives controverses ces dernières années, de nombreux observateurs pointant le rôle de la banque américaine dans la crise grecque et la crise de la zone euro. Plusieurs responsables politiques, dont François Hollande, ont demandé à l'ancien Premier ministre portugais de renoncer à son poste. 

Longtemps muet au sujet de cette affaire, Jean-Claude Juncker a été contraint de sortir de sa réserve, lundi. L'actuel président de la Commission européenne a demandé son prédécesseur, des "clarifications" sur son embauche par Goldman Sachs. La réponse sera soumise à l'avis, non contraignant, du comité d'éthique ad ho, chargé d'éclairer la Commission sur les projets de reconversion professionnelle des anciens commissaires européens et leur conformité ou non aux règles internes de bonne conduite.