Bagages perdus ou abandonnés, le fléau des aéroports

  • A
  • A
Bagages perdus ou abandonnés, le fléau des aéroports
@ REUTERS
Partagez sur :

VACANCES - Chaque année, 26 millions de bagages sont perdus dans le monde et 1.600 abandonnés rien qu’à Paris.

File d’attente, formulaire, attente, angoisse. Chaque année, 26 millions de bagages sont égarés dans le monde par les transporteurs aériens ou personnel des aéroports, révèle le quotidien régional Ouest France, citant une étude de la Société internationale de télécommunications aéronautiques (Sita).

De moins en moins de passagers impactés. En 2012, un passager sur cent n’a pas pu récupérer son sac ou sa valise en descendant de l’avion. Un taux en diminution ces dernières années. Depuis 2007, le nombre de passagers a augmenté de 19%, mais le nombre de bagages perdus, lui, a quasiment diminué de moitié. Les compagnies aériennes s’améliorent donc, et de nouveaux moyens techniques sont étudiés pour limiter les pertes, comme les GPS pour valise reliés au téléphone de son propriétaire.

30.07-bagages-perdus

1.600 bagages abandonnés dans les aéroports parisiens. Outre les bagages égarés par les transporteurs, les aéroports doivent faire face à une autre difficulté : les bagages abandonnés. Distraction, stress du voyage ou moyen d'éviter une surfacturation pour excédent de poids : chaque année, quelque 1.600 bagages sont abandonnés dans les aéroports d'Orly et Roissy.

Ces oublis ou abandons nécessitent l’intervention d’équipes spécialisées, qui durent une demi-heure dans le meilleur des cas. C'est le temps qu'il faut aux policiers, agents d'Aéroports de Paris (ADP) et démineurs pour lancer un appel au propriétaire, instaurer un périmètre de sécurité, puis lever tout doute quant à un "colis suspect".

Le stress et la distraction expliquent souvent ces oublis. Il y a aussi ceux qui confient leur bagage à un autre passager le temps d'aller aux toilettes, puis tardent à revenir, déclenchant la suspicion et l'intervention des démineurs, ou "les gens qui se retrouvent en surplus de bagage", selon Eric Bompard, chef du centre de déminage de Versailles. "Ils décident alors de retirer ce qui leur est le plus cher et laissent le sac dans un coin".

Les trouvailles des démineurs parfois surprenantes. De fortes sommes d'argent en liquide, parfois plusieurs dizaines de milliers d'euros, sont régulièrement découvertes. Eric Bompard se souvient avec malice d'une très chic valise Vuitton oubliée, dont le contenu en lingerie fine avait été dûment fouillé sur le sol de l'aérogare, provoquant l'embarras de sa propriétaire étourdie devant les forces de l'ordre.

"Un jour, on a tiré sur un bagage qui contenait une cocotte-minute", croyant qu'il s'agissait d'une bombe artisanale, se souvient le responsable. Le contenu, "tous les ingrédients pour faire un couscous", s'est répandu sur le sol. "La graine du couscous peut faire penser à certains explosifs", sourit-il.