Ayrault en mode séduction à Berlin

  • A
  • A
Ayrault en mode séduction à Berlin
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le Premier ministre va tenter de rassurer l'Allemagne, inquiète pour l'économie française.

Jean-Marc Ayrault parviendra t-il à rassurer Angela Merkel et ses proches ? Le Premier ministre, en visite officielle en Allemagne à partir de jeudi, cherchera à convaincre la chancelière que la France est prête à se réformer. A cette occasion, Jean-Marc Ayrault fera la promotion des mesures de compétitivité retenues par le gouvernement français sur la base du rapport Gallois. "Le but de cette visite est d'abord de s'entretenir avec la chancelière et de lui dire que nous prenons au sérieux la compétitivité de la France", a pris soin de préciser le conseiller auprès du Premier ministre, Jacques-Pierre Gougeon.

La presse allemande s'est déchaînée

Une opération séduction, donc. Car l'Allemagne ne cache plus ses inquiétudes sur un possible déclin de la France, qui se traduirait notamment par un dérapage des finances publiques françaises en 2013, au-delà de la limite des 3% du PIB. Ces dernières semaines, la presse allemande n'a d'ailleurs pas épargné la France. "Hollande sans boussole", titrait lundi le quotidien conservateur Die Welt. "La France va-t-elle devenir la nouvelle Grèce ?" s'interrogeait, le 31 octobre, le quotidien populaire Bild Zeitung.

>>> A lire aussi : A Berlin, on s'inquiète pour la France

Un proche d'Angela Merkel, Volker Kauder, président du groupe parlementaire de la CDU, a aussi exprimé au Spiegel, ses craintes d'un décrochage français. "Ce serait bien si les socialistes engageaient maintenant vraiment des réformes structurelles. Cela ferait du bien au pays et à l'Europe", a-t-il taclé. Gerhard Schröder, qui a mis en place l'agenda 2010 en Allemagne, avait aussi fait part de ses inquiétudes, dans des confidences rapportées par Le Monde. "Le plus grand problème réside en Espagne, en Italie, mais aussi, je le dis discrètement, en France. Cela pourrait devenir un problème qui ne serait pas mineur", avait estimé l'ancien chancelier, début novembre.

Ayrault attendu "avec curiosité"

Jean-Marc Ayrault, qui devrait au moins réaliser une partie de ses entretiens en allemand avec la chancelière, parviendra-t-il à trouver les bons mots ? A Berlin, cette visite est en tout cas très attendue. "Il va être reçu naturellement avec tous les honneurs, en tant que Premier ministre de la France. Il va être aussi reçu avec curiosité. Car il va pouvoir nous expliquer les mesures envisagées par le gouvernement français pour parvenir à plus de compétitivité", a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert. Côté français, on veut bien rassurer sans toutefois plier. "L'entente franco-allemande, ce n'est pas l'alignement de l'un sur l'autre", a prévenu Jean-Marc Ayrault, mercredi, sur France Info.

>>> A lire aussi : les secrets de la réussite allemande