Avion disparu : la piste terroriste reste envisagée

  • A
  • A
Avion disparu : la piste terroriste reste envisagée
@ REUTERS
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - La piste terroriste est envisagée : deux personnes voyageaient avec des documents européens volés.

L'info. Problème technique ou attaque terroriste ? Le mystère demeure autour du vol MH370, depuis que le Boeing de Malaysia Airlines censé effectuer la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin a disparu samedi avec 239 passagers à son bord. Les recherches pour localiser le Boeing 777 disparu depuis plus de 48 heures se concentraient lundi autour de l'île vietnamienne isolée de Tho Chu, près de laquelle de possibles débris ont été repérés, selon l'armée vietnamienne. C'est dans cette même zone de la mer de Chine du sud que deux traînées de carburant de plusieurs kilomètres avaient été découvertes. "Aucune confirmation n'a été apportée", a de son côté nuancé le directeur de l'aviation civile malaisienne.

L'aviation vietnamienne a repéré dimanche soir à 80 km de l'île vietnamienne de Tho Chu

© Google Maps

L'avion, qui transportait 227 passagers de 14 nationalités, dont 153 Chinois et quatre Français, et 12 membres d'équipage, avait disparu des écrans radar une heure après son décollage, quelque part entre l'est de la Malaisie et le sud du Vietnam, sans avoir envoyé de signal de détresse.

09.03.Bandeau.Malaisie.Avion.disparu.Reuters.930.320

© REUTERS

La piste terroriste. Des problèmes de passeports parmi les passagers ont été détectés.Deux personnes, qui voyageaient ensemble, s'étaient en effet enregistrés avec des documents européens volés, selon les informations recueillies par le correspondant d'Europe 1 en Asie, Anthony Dufour. Leurs billets indiquent que ces deux passagers avaient l'intention de rendre à Amsterdam en transitant par Pékin. Les autorités malaisiennes vérifient actuellement d'autres incohérences : certains voyageurs qui s'étaient enregistrés ne sont finalement pas montés à bord. Des éléments qui ne confirment aucune piste, mais qui renforcent la thèse terroriste. 

malaisie, Malaysia airlines,

© REUTERS

L'hypothèse d'une défaillance technique. En attendant que ces débris soient repêchés et analysés, plusieurs pistes restent débattues, dont celle d'une problème matériel. Mais l'avion en question, un Boeing 777, est un long-courrier qui s'est révélé très fiable depuis sa mise en service en 1995. Le seul accident mortel impliquant un 777 avait eu lieu en juillet 2013 à l'aéroport de San Francisco et avait fait trois morts. La piste d'une défaillance technique n'est donc pas privilégiée par les enquêteurs, d'autant que la compagnie Malaysia Airlines est jugée fiable.

La piste d'une erreur humaine. Outre un problème matériel, l'autre piste explorée est celle d'une erreur humaine. C'est ce qui est arrivé en 2009 à l'A330 d'Air France dans l'océan Atlantique au large du Brésil. L'enquête technique a déterminé une série de défaillances techniques et d'erreurs humaines selon un "effet boule de neige", rappelle Ravi Madavaram, analyste du secteur aéronautique chez Frost & Sullivan.

Les mêmes circonstances ont été rencontrées lors de l'accident en janvier 2007 d'un avion de la compagnie Adam Air assurant la liaison Surabaya-Manado en Indonésie. "Ils ont eu à faire face à un dysfonctionnement (technique) mais l'ont mal diagnostiqué et ils se sont écrasés avoir d'avoir pu lancer une signal de détresse. Si l'équipage ne comprend pas rapidement ce qui se passe, il peut rapidement perdre le contrôle de la situation", souligne Gerry Soejatman, un expert indépendant.

Malaysia airlines malaisie

© REUTERS

27.05 Bernard Chabbert Europe 1 930 620
Mais selon Bernard Chabbert, consultant aéronautique d'Europe 1,  les scénarios d'une erreur matérielle ou humaine sont statistiquement improbables. "Imaginez qu’à cette altitude de 35.000 pieds, l’avion mettrait en planant encore plus d’une demi-heure à atteindre le sol. Or l'équipage n’a pas eu le temps de transmettre un message de détresse, ce qui veut dire que l’avion a très probablement été incontrôlable, il s’est brisé ou a explosé en vol", décrypte Bernard Chabbert, le consultant aéronautique d'Europe 1.

Trois hypothèses. Et ce dernier d'évoquer alors "trois hypothèses : c’est l’explosion d’un moteur, mais il y a belle lurette que les moteurs d’avion n’explosent plus d’une manière aussi violente. La deuxième c’est que l’avion perde un morceau de sa structure et on sait que cet avion avait en 2012 eu une collision au sol avec un autre appareil et qu’un morceau d’aile avait été remplacé. Mais normalement ce genre de réparation ne porte pas à ce genre de conséquence". Reste alors "la troisième hypothèse, celle d’une bombe en soute ou dans la cabine : c’est l’acte terroriste et l’explosion en vol".

&&&, à lire aussi

LES FAITS - Quatre Français à bord de l'avion disparu

ENQUÊTE - La piste de l'attentat envisagée