Australie : un Français soupçonné d'avoir tué une Britannique avant de lancer "Allah Akbar"

  • A
  • A
Australie : un Français soupçonné d'avoir tué une Britannique avant de lancer "Allah Akbar"
Un policier australien. Image d'illustration.@ NEW SOUTH WALES POLICE / AFP
Partagez sur :

Selon la police australienne, ce Français de 29 ans, en situation régulière en Australie, n'a pas de liens avec l'organisation État islamique. 

Un Français de 29 ans est soupçonné d'avoir poignardé à mort une Britannique et d'avoir blessé deux personnes dans une auberge de jeunesse australienne avant de lancer "Allah Akbar" lors de son arrestation, a annoncé mercredi la police australienne. Le pays a relevé en septembre 2014 son niveau d'alerte à la menace terroriste. Au moins six attentats ont été déjoués sur le territoire australien au cours des 18 derniers mois, selon le gouvernement.

Un Britannique grièvement blessé. Les faits se sont produits mardi soir dans une auberge pour "backpackers" de Home Hill, localité rurale au sud de Townsville, a déclaré Steve Gollschewski, directeur adjoint de la police de l'État du Queensland. Appelée sur les lieux, la police a découvert le cadavre d'une Britannique de 21 ans et un Britannique de 30 ans grièvement blessé. Une troisième personne, un Australien, a été brièvement hospitalisé pour des blessures légères.

Des propos "extrémistes". "Les premiers éléments de l'enquête montrent que des propos qui peuvent être interprétés comme extrémistes ont été tenus par le suspect", a poursuivi Steve Gollschewski. "Il semble qu'il ait utilisé la phrase 'Allah Akbar' quand il a été arrêté". "Cette information sera versée à l'enquête mais nous n'écartons aucune piste à ce stade, qu'elle soit politique ou criminelle", a-t-il poursuivi.

Il a agit "seul". Lorsque les journalistes lui ont demandé si le Français avait des liens avec l'organisation État islamique, Steve Gollschewski a répondu "non" en ajoutant qu'aucune menace spécifique contre la population n'était connue. "Nous n'avons aucune information, mise à part le fait qu'il ait agi seul", a déclaré lors de la même conférence de presse Sharon Cowden, commandant de la police fédérale australienne. Elle a précisé que le Français, inconnu des services de police, était en situation régulière en Australie.