Australie : les coraux meurent plus que jamais dans la Grande barrière de corail

  • A
  • A
Australie : les coraux meurent plus que jamais dans la Grande barrière de corail
Le barrière et ses 348.000 kilomètres carrés ont évité de justesse en 2015 d'être placée par l'Unesco sur sa liste des sites en péril.@ AFP / Great Barriier Reef Marine Park
Partagez sur :

La Grande barrière de corail australienne a subi cette année la plus importante hécatombe de coraux jamais observée, ce qui fait craindre pour l'avenir de ce joyau naturel classé au patrimoine de l'Humanité.

L'élévation de la température des eaux de mer dans le secteur de la Grande barrière de corail, au large de l'Australie, a tué les deux tiers d'un tronçon de récifs coralliens de 700 km de long au cours des neuf derniers mois, ont déclaré mardi des scientifiques. Il s'agit selon eux du pire dépérissement du corail jamais enregistré dans ce site classé au patrimoine mondial de l'Humanité.

Le blanchiment, phénomène de dépérissement. Ce dépérissement est "presque sans aucun doute" le plus important jamais enregistré dans le monde, étant donné l'ampleur de la Grande barrière de corail, qui couvre 348.000 km² et représente le plus grand récif corallien de la planète, a déclaré le professeur Andrew Baird, chercheur à l'université James Cook, qui participe à l'étude des récifs coralliens.

Le blanchiment du corail survient quand les eaux sont trop chaudes, ce qui provoque la perte des algues symbiotiques (zooxanthelles) nichées dans les tissus des polypes. Cette réaction provoque une calcification du corail, qui blanchit. Un corail qui a moyennement blanchi peut se remettre si la température de l'eau s'abaisse, et les études ont montré que cela a été le cas dans le sud de la Grande barrière de corail, où la mortalité du corail a été nettement inférieure.

Le réchauffement climatique n'arrange rien. Si le blanchiment intervient naturellement, les scientifiques craignent fort que la hausse de la température des eaux, provoquée par le réchauffement climatique mondial, n'exacerbe le phénomène, privant les écosystèmes sous-marins de la capacité à récupérer. L'Unesco n'est pas allée jusqu'à placer la Grande barrière de corail sur sa liste des sites "en danger" en mai dernier mais a demandé au gouvernement australien d'actualiser ses informations sur les efforts engagés pour protéger la barrière de corail.