Au Bahamas, un festival chic vire au chaos

  • A
  • A
Au Bahamas, un festival chic vire au chaos
L'événement, qui se déroulait sur une île privée des Exumas, promettait une "rupture avec le quotidien".@ Capture d'écran
Partagez sur :

Déboursant jusqu'à 11.000 euros, les festivaliers s'attendaient à une luxueuse expérience faite de concerts, de gastronomie et de bateaux privés. Sauf... que rien de tout cela n'est arrivé.

"Luxe, fête et volupté", c'est en substance le rêve que vendait le Fyre Festival, un nouvel événement de musique crée aux Bahamas. Sauf que pour les riches festivaliers américains, le paradis de sable blanc et d'eau turquoise a viré au cauchemar, dès l'ouverture du lieu, vendredi.

Co-organisé par le rappeur Ja Rule et l'entrepreneur Billy McFarland, le festival qui se tenait sur une île privée des Exumas, promettait une "rupture avec le quotidien" et deux week-end d'extravagance, à grand renfort de promotion où apparaissent notamment les mannequins Bella Hadid et Emily Ratajkowski.

#FyreFestival. Dès leur arrivée sur place, les festivaliers ont enchaîné les déconvenues. À commencer par des tentes utilitaires en plastique blanc sur le sable, dont la plupart n'étaient que partiellement montées, rapporte Sud Ouest.



Autre immense déception pour les festivaliers qui ont tout de même dépensé entre 1.000 à 11.000 euros selon les options choisies, d'après BFMTV, la nourriture. La "gastronomie" ne s'est en fait résumée qu'à deux tranches de pain de mie, trois feuilles de salade, et deux tranches de fromage et de tomates. Le tout, servi dans une barquette en plastique et sous des bâches de fortune.





Sans compter sur les bagages, dont les festivaliers sont restés sans nouvelles pendant de longues heures. Ceux-ci on été jetés au sol, éparpillés, en pleine nuit, depuis l'arrière d'un container. Loin du service de luxe que le Fyre Festival prétendait offrir. Avec le hashtag #FyreFestival, les failles de l'organisation ont largement été partagée sur Twitter. 



"Pas une seule chose promise n'était disponible". Une festivalière de 33 ans explique au New York Times que "pas une seule chose promise sur le site n'était disponible". À son arrivée, beaucoup de tentes n'avaient aucun mobilier à l'intérieur et "les gens volaient les lits des autres tentes", ajoute-t-elle. "Les lits étaient mouillés, les couvertures trempées", à cause de l'orage, la nuit précédente. 



Des artistes qui se décommandent. Dès jeudi, le groupe Blinck-182 avait annoncé qu'ils annulaient leur concert, indiquant ne pas pouvoir être certains "d'offrir la qualité des performances que nous offrons toujours à nos fans".

Dans une ambiance mêlant chaos et survie, des festivaliers ont également rapporté des faits de violences et de vols, de montagnes de détritus et de chiens errants. Certains ont demandé un remboursement immédiat et un retour aux États-Unis. Face à l'ampleur de la contestation, l'organisation a pris le nom des festivaliers déçus, en vue d'un éventuel remboursement.

Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent la foule de festivaliers attendant des vols retours à l'aéroport.



L'intervention du ministère du tourisme. Face au manque d'organisation manifeste du festival, le ministère du tourisme des Bahama a publié un communiqué officiel traduisant une "déception extrême sur la manière dont les événements se sont déroulés [...] Nous espérons que les visiteurs du Fyre Festival reviendront un jour aux Bahamas pour en apprécier enfin réellement toute la beauté.".