Attentats en Catalogne : le gouvernement s'engage envers les victimes françaises

  • A
  • A
Attentats en Catalogne : le gouvernement s'engage envers les victimes françaises
Selon le dernier bilan du ministère, "32 Français ont été blessés" dans les attentats de Catalogne. @ AFP
Partagez sur :

Le gouvernement français s'est engagé mardi à offrir aux victimes françaises des attentats commis en Catalogne la semaine dernière les mêmes droits que celles d'attentats commis en France.

Le gouvernement s'est engagé mardi à soutenir dans la durée les dizaines de victimes françaises du double attentat djihadiste en Catalogne, en précisant qu'ils auraient les mêmes droits que les victimes d'attentats en France.

32 Français blessés, dont douze encore hospitalisés. Lors d'un point presse au quai d'Orsay, son ministère de tutelle, la déléguée interministérielle aux victimes Elisabeth Pelsez, a annoncé la tenue "d'ici trois semaines" d'un comité interministériel de suivi de ces victimes "qui doivent être épaulées et accompagnées" sur la durée. Selon le dernier bilan du ministère, "32 Français ont été blessés" dans les attentats de Catalogne. Parmi eux, "douze sont toujours hospitalisés à Barcelone" dont "trois dans un état grave" avec "pronostic vital engagé".

Des provisions versées dès lundi. D'autres Français "présents sur les lieux des attaques sans être blessés physiquement (...) commencent à se faire connaître", a précisé Eric Lavertu, directeur adjoint du centre de crise et de soutien du quai d'Orsay, chargé de coordonner l'aide au victimes. Il a précisé que les victimes qui seront reconnues comme telles auront les mêmes droits (suivi, indemnisation...) que celles d'attentats commis en France. Le Fonds de garantie des victimes du terrorisme et d'autres infractions (FGTI) chargé de l'indemnisation des victimes, qui a dépêché un représentant en Catalogne, "a dès lundi versé des provisions" aux victimes qui en avaient le plus besoin, a précisé Eric Lavertu.

"Il y a aussi les blessures psychologiques". "Le bilan va bien au-delà des 32 personnes blessées physiquement", a de son côté souligné Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération des victimes d'accidents collectifs (Fenvac). "Il y a aussi les blessures psychologiques des autre personnes qui se trouvaient sur place", a-t-il souligné. Selon lui, entre 4.500 et 5.000 Français ont à ce jour été reconnus victimes d'attentats, à l'étranger ou en France, depuis le début de la vague d'attaques dans le pays en janvier 2015.