Armes chimiques en Syrie : "la France et les États-Unis ne toléreront pas l'impunité"

  • A
  • A
Armes chimiques en Syrie : "la France et les États-Unis ne toléreront pas l'impunité"
Des cas de suffocation, laissant penser que des attaques chimiques ont été menées, ont été signalées dans l'enclave rebelle de la Ghouta.@ AMER ALMOHIBANY / AFP
Partagez sur :

Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus au téléphone pour évoquer l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

"La France et les États-Unis ne toléreront pas l'impunité" en cas "d'utilisation avérée" d'armes chimiques en Syrie, a affirmé la présidence de la République française, dans un communiqué faisant état d'un entretien téléphonique vendredi entre Emmanuel Macron et Donald Trump.

"Extrême vigilance". "Le président de la République française et le président des États-Unis d'Amérique ont exigé l'application immédiate de la résolution 2401 votée à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies", selon ce communiqué. Emmanuel Macron "a souligné son extrême vigilance sur la question des armes chimiques et rappelé qu'une réponse ferme serait apportée en cas d'utilisation avérée de moyens chimiques entraînant la mort de civils, en parfaite coordination avec nos alliés américains", poursuit le texte.

Des bombardements malgré la trêve. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi à l'unanimité une résolution réclamant "sans délai" un cessez-le-feu humanitaire d'un mois en Syrie, mais les forces syriennes et russes ont maintenu jeudi la pression militaire sur l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale, leur trêve unilatérale controversée n'ayant toujours pas eu les conséquences humanitaires escomptées sur le terrain. "Face à la poursuite des bombardements indiscriminés contre les civils, en particulier dans la Ghouta orientale, et à la dégradation continue de la situation humanitaire, le président de la République et son homologue américain ont souligné la nécessité que la Russie exerce sans ambiguïté une pression maximale sur le régime de Damas pour que celui-ci exprime clairement son engagement à respecter la résolution du Conseil de sécurité", indique le communiqué de l'Élysée.

Les présidents français et américain "ont décidé de travailler ensemble pour la mise en oeuvre de la résolution 2401 afin de permettre la cessation des hostilités, l'acheminement de l'aide humanitaire et l'évacuation des blessés et malades", précise-t-il.