Allemagne : un meurtre résolu... 5.000 ans plus tard

  • A
  • A
Allemagne : un meurtre résolu... 5.000 ans plus tard
Baptisé Ötzi, l'homme vivait vers 3.300 ans avant notre ère et mesurait environ 1 m 65 pour 50 kgs. Au moment de sa mort, il était âgé de 45 ans.@ AFP
Partagez sur :

La police de Munich a enquêté sur le meurtre de l' "Homme des glaces", dont le corps parfaitement conservé a été retrouvé en 1991 dans les Alpes.

Un meurtre vieux de 5.000 ans, commis sur fond de vengeance. La police de Munich a rendu ses conclusions dans l'enquête sur le meurtre de l'Homme des glaces, dont le corps en parfait état de conservation avait été retrouvé dans les Alpes en 1991. Le New York Times explique que c'est le musée archéologique de Bolzano, dans le nord de l'Italie, où la momie est actuellement conservée, qui en avait fait la demande.

L'Homme des glaces serait mort assassiné d'une flèche dans le dos, selon l'enquête menée par les policiers allemands qui ont utilisé les dernières technologies de rayons X et se sont appuyés sur l'archéobotanique (étude des vestiges d'origine végétal, ndlr) et la paléométallurgie (étude des techniques et transformations des métaux, ndlr).

Une flèche tirée à 30 m de distance. Baptisé Ötzi, l'homme vivait vers 3.300 ans avant notre ère et mesurait environ 1 m 65 pour 50 kgs. Au moment de sa mort, Ötzi était âgé de 45 ans. D'après les enquêteurs, il serait sorti vainqueur d'une violente bagarre dans son village, un ou deux jours avant sa mort. L'homme serait ensuite allé en altitude afin d'établir un campement. C'est là que le tueur aurait tiré la flèche mortelle, à une distance d'environ 30 mètres.

"Son but était clairement de tuer". Selon la police allemande, l'identité du suspect n'est pas à chercher très loin. Il s'agit du même homme vaincu dans la bagarre, deux jours plus tôt. "Son but était clairement de le tuer et il a choisi un tir longue distance. Il a peut-être tiré les conséquences de ce qui s’est passé un ou deux jours auparavant", explique un inspecteur.

"Environ une demi-heure avant sa mort, Ötzi prenait un vrai repas cuit, poursuit Horn. Si vous êtes dans l’urgence et que vous essayez de fuir quelqu’un qui essaie de vous tuer, ce n’est pas la première chose que vous faites", poursuit-il, insinuant que l' "Homme des glaces" ne s'était visiblement douté de rien.