Allemagne : Merkel s'inspire de la gauche

  • A
  • A
Allemagne : Merkel s'inspire de la gauche
@ REUTERS
Partagez sur :

ZOOM - Le programme de la chancelière allemande pour les élections reprend des idées du SPD.

Elle est la femme la plus puissante du monde depuis trois ans, et la personnalité politique préférée des Allemands. Elle est aussi celle qui terrorise les pays européens endettés en imposant une politique d’austérité sur le Vieux Continent. Pourtant, le programme présenté par Angela Merkel n’a rien à envier à celui que pourrait proposer ses rivaux sociaux-démocrates.

Des cadeaux, plein de cadeaux… Dans trois mois auront lieu les élections législatives en Allemagne. Et Angela Merkel semble prête à beaucoup pour conserver le pouvoir. En cas de troisième mandat, elle prévoit ainsi plafonner les hausses de loyers pour les nouveaux baux, coupant au passage l'herbe sous les pieds de son rival du SPD, d’introduire un salaire minimum de branche et de lancer un vaste programme d'investissements dans les infrastructures routières, dont le montant est évalué à 25 milliards d'euros.

Autres promesses électorales : une hausse - non chiffrée - des allocations familiales, un relèvement des retraites des mères de famille, ainsi qu'un nouveau mode de calcul de l'impôt sur le revenu qui devrait progressivement favoriser les familles avec des enfants. Un programme couteux : la presse allemande évoque le chiffre de 28 milliards d’euros. Les stratèges de la CDU, le parti de la chancelière, appellent cela la "démobilisation asymétrique". Dit autrement : avancer des propositions portées par le SPD pour démobiliser ses électeurs.

.. qui font grincer des dents. Son actuel partenaire au sein de la coalition au pouvoir, le parti libéral FDP, a moyennement apprécié ces multiples dépenses annoncées, Philippe Rösler, son dirigeant, parlant même de "poison sucré". Alors qu’Angela Merkel ne cesse d'affirmer que les États doivent se serrer la ceinture et assainir leurs finances publiques, son programme passe mal auprès de ses voisins européens.

La chancelière a toutefois prévenu que ses promesses n’iraient pas de pair avec des hausses d’impôts. "Nous croyons qu'(...) en motivant notre secteur des PME, en motivant nos familles, les chances de parvenir à une augmentation des rentrées fiscales sont beaucoup plus grandes que si nous créons de la démotivation à travers des hausses d'impôts", a-t-elle affirmé, avant de répéter son objectif : des finances solides, stopper le déficit budgétaire, rembourser les dettes et investir pour l'avenir".

Une bonne nouvelle pour la France ? Pour Axel de Tarlé, chroniqueur économique d’Europe 1, le programme d’Angela Merkel va permettre de soutenir la consommation en Allemagne et donc, par ricochet, augmenter les importations made in France :



Allemagne : le tournant de la douceurpar Europe1fr

Personnalisation. Outre ces promesses généreuses, le parti chrétien-démocrate (CDU) a un autre atout de taille : Angela Merkel. Conscient de la popularité de sa championne, les conservateurs entendent bien axer leur campagne sur sa personne. Un caricaturiste résume le programme des conservateurs par ce slogan: "M-E-R-K-E-L".