Allemagne : la justice veut poursuivre un ancien garde SS du camp de Majdanek

  • A
  • A
Allemagne : la justice veut poursuivre un ancien garde SS du camp de Majdanek
La justice allemande s'appuie sur une enquête de l'Office allemand d'enquête sur les crimes du nazisme.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

L'ancien surveillant du camp d'extermination de Majdanek, en Pologne, est accusé d'avoir notamment contribué au massacre de 17.000 juifs en 1943.

La justice allemande a annoncé vendredi vouloir engager des poursuites contre un ancien gardien du camp d'extermination nazi de Majdanek, aujourd'hui âgé de 96 ans et soupçonné de "complicité" dans la mort de 17.000 juifs.

Un ancien surveillant du camp d'extermination. Le parquet de Francfort a indiqué dans un communiqué avoir "engagé des poursuites pour complicité de meurtre à l'encontre d'un ancien surveillant [du camp d'extermination] Lublin-Majdanek", un Francfortois dont l'identité n'a pas été précisée. Ces poursuites doivent toutefois encore être validées par un tribunal de Francfort avant de pouvoir déboucher sur un éventuel procès. La cour devra notamment se pencher sur la capacité du nonagénaire à comparaître.

Participation à l'opération "Fête de la Moisson". L'homme est soupçonné d'avoir, à l'âge de 22 ans entre août 1943 et janvier 1944, assuré la garde du camp de Majdanek. Il aurait notamment "soutenu" le 3 novembre 1943 une opération baptisée "Fête de la Moisson" conduite par la SS durant laquelle "au moins 17.000 prisonniers juifs ont été abattus dans des fosses creusées à cet effet".

Son activité de surveillance constitue "une contribution" à cette tuerie qu'il a "en toute connaissance et volontairement favorisée", insiste le parquet de Francfort, qui indique se baser sur les éléments d'enquête recueillis par l'Office allemand d'enquête sur les crimes du nazisme. "Il devait savoir que les gens étaient tués [à Majdanek] pour des motifs racistes et par mépris de l'humain", estime encore le Parquet.

80.000 prisonniers exécutés. Le camp de Majdanek a été ouvert par les nazis en 1941 en Pologne occupée près de Lublin et est resté en fonction jusqu'en 1944. Selon les estimations du musée du camp, 80.000 prisonniers dont 60.000 juifs y ont été exécutés, assassinés dans les chambres à gaz, ou sont morts de faim, de maladies ou d'épuisement au travail.

Au total, 150.000 personnes ont été emprisonnées à Lublin-Majdanek. Plusieurs anciens nazis ont été jugés en Allemagne au cours des dernières années pour des faits similaires, illustrant la sévérité accrue, mais très tardive, de la justice allemande face aux crimes du régime national-socialiste.