Aliza Bin-Noun : "ce n'est pas par des diktats internationaux qu'Israël va changer sa politique"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'ambassadrice d'Israël en France considère toujours l'Hexagone comme un pays ami mais rejette une sortie du conflit israélo-palestinien via l'ONU.

INTERVIEW

Vendredi les Etats-Unis ont voté à l'ONU des résolutions qui exigent la cessation immédiate de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés, notamment à Jérusalem est et en Cisjordanie. Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France, était l'invitée de la matinale d'Europe 1 mardi, pour commenter la situation

"Diktats internationaux". "C'était une décision très décevante. On ne peut pas résoudre le conflit israélo-palestinien à travers la communauté internationale, à travers l'ONU. Le passé a montré qu'Isarël était prêt aux négociations et à trouver un accord de paix avec l'Egypte et la Jordanie à travers des négociations directes. C'est Benyamin Netanyahou qui a appelé Mahmoud Abbas ces deux dernières années pour lui demander de s’asseoir autour de la table et commencer un dialogue direct."

Les mesures votées ne devraient donc pas être appliquées. "Israël a sa politique et ce n'est pas par des diktats internationaux qu'Israël va changer sa politique", tranche l'ambassadrice. Aliza Bin-Noun indique que 400.000 Israéliens vivent dans les colonies, qui n'ont pas connues "d'implantations nouvelles depuis 20 ans", dit-elle. "Le problème n'est pas vraiment les implantations, mais que les Palestiniens ne veulent pas reconnaître Israël."

Entendu sur Europe 1
"Israël fera tout ce qu'elle peut pour accueillir les juifs qui viennent en Israël parce que c'est notre patrie"

Venir en Israël ? "Un choix personnel". "La France est toujours un pays ami d'Israël", souligne l’ambassadrice, qui retient le partage de valeurs. "En même temps, il y a des malentendus. La France pense que la communauté internationale va avancer. Israël est toujours jugée par la communauté internationale. Cela encourage les Palestiniens à continuer leur politique."

Quant à inciter les juifs de France à quitter l'Hexagone pour Israël, comme l'a souhaité Avigdor Lieberman, ministre de la Défense israélien, Aliza Bin-Noun évoque plutôt "un choix personnel" et la liberté de chacun de vivre où il veut même si "Israël fera tout ce qu'elle peut pour accueillir les juifs qui viennent en Israël, parce que c'est notre patrie."