AirAsia : le corps du copilote français a été repêché

  • A
  • A
AirAsia : le corps du copilote français a été repêché
@ AFP/ADEK BERRY
Partagez sur :

CATASTROPHE AÉRIENNE - Le Français Remi Plesel était aux commandes de l'Airbus A320-200 d'AirAsia reliant la ville indonésienne de Surabaya et Singapour lorsque celui-ci s'est abîmé en mer le 28 décembre.

L'info. Des plongeurs ont retrouvé le corps du copilote français, aux commandes de l'avion d'AirAsia tombé en mer de Java en décembre avec 162 personnes à bord, a indiqué samedi un  responsable des recherches. Le coordinateur des recherches a indiqué qu'un corps portant un uniforme avec les trois barrettes de copilote avait été retrouvé vendredi à l'avant du fuselage de l'appareil, immergé par 30 mètres de fond au large de l'Indonésie. L'identité du corps, très abîmé, devra encore être formellement confirmée par des analyses, mais "il s'agit probablement du corps du copilote français" Remi Plesel, a-t-il indiqué.

Manœuvre brutale et anormale. Remi Plesel était aux commandes de l'Airbus A320-200 d'AirAsia assurant le vol QZ8501 entre la ville indonésienne de Surabaya et Singapour lorsque celui-ci s'est abîmé en mer dans le mauvais temps le 28 décembre. L'appareil avait disparu des écrans radar peu après avoir demandé au contrôle aérien de prendre de l'altitude pour éviter des nuages menaçants. L'analyse des enregistreurs de vol, retrouvés dans les débris de l'appareil, a montré que l'Airbus avait effectué une montée extrêmement brutale, tout à fait anormale pour un avion de ligne, avant de décrocher et de s'abîmer en mer. Les enquêteurs n'ont pas donné davantage de précisions jusqu'à présent sur les raisons possibles de cette manœuvre qui pourrait avoir provoqué l'accident.

>> LIRE AUSSI - AirAsia : l'avion est monté à une vitesse anormale et a "décroché" 

61 corps toujours recherchés. Les corps de 101 des 162 personnes à bord ont été retrouvés par les sauveteurs, qui ont aussi récupéré une partie des débris de l'appareil et espèrent toujours pouvoir remonter son fuselage à la surface.

>> LIRE AUSSI - Crash d'AirAsia : un remake du vol Rio-Paris ?