Air cocaïne : Nicolas Pisapia, face à la justice dominicaine lundi

  • A
  • A
Air cocaïne : Nicolas Pisapia, face à la justice dominicaine lundi
@ AFP
Partagez sur :

Nicolas Pisapia, le passager du vol "Air cocaïne" comparaît lundi en appel après avoir été condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue. 

Un tribunal dominicain a fixé à lundi la présentation des éléments de la défense dans le procès en appel de Nicolas Pisapia, un Français condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue dans l'affaire dite "Air Cocaïne", a indiqué son avocat vendredi. "Les juges ont fixé à lundi la présentation des éléments de ma défense. Nous voyons que maintenant on cherche à trouver une solution pour que chaque partie puisse présenter sa défense", a expliqué par téléphone à l'AFP l'avocat de Nicolas Pisapia, Andy de Leon.

L'audience déjà reportée six fois. La décision d'entendre séparément les arguments des appelants est la solution pour laquelle a opté la cour après six reports d'audience, depuis le début du procès en appel en janvier, dus à l'absence d'une partie des avocats ou de représentant du ministère public. Vendredi, la justice dominicaine a décidé de prendre connaissance des arguments de défense de trois des quatre Dominicains condamnés avec Nicolas Pisapia en août 2015. Nicolas Pisapia est présenté comme le passager du jet intercepté en mars 2013 à l'aéroport de Punta Cana avec 680 kilos de cocaïne à son bord. La date d'audience pour Alain Castany, autre Français dans ce dossier et présenté comme un apporteur d'affaires, n'était pas connue, les deux cas devant être traités séparément. En première instance, en août 2015, les deux hommes avaient été condamnés à 20 ans de prison.

Les deux pilotes exfiltrés visés par un mandat d'arrêt. Dans cette affaire, les deux pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, eux aussi français, ont d'ores et déjà vu leur condamnation à 20 ans de prison confirmée en appel par la justice dominicaine. Lors du premier procès, la défense des quatre Français avait en vain réclamé l'acquittement, plaidant que rien ne prouvait qu'ils savaient que de la drogue se trouvait à bord de l'avion. Détenus en France depuis début novembre après leur évasion rocambolesque de République dominicaine fin 2015, les pilotes ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire. Ils sont visés par un mandat d'arrêt international émis par ce pays des Caraïbes. La justice française, qui a écarté toute extradition, enquête sur ce vaste trafic international de drogue.