Agnelet : une enquête préliminaire en Italie

  • A
  • A
Agnelet : une enquête préliminaire en Italie
@ MAXPPP
Partagez sur :

Guillaume a confirmé, mercredi, que son père, Maurice Agnelet était l'auteur du meurtre d'Agnès Le Roux.

Les révélations de son fils ont fait basculer le procès. Maurice Agnelet est jugé depuis trois semaines pour le meurtre énigmatique d'Agnès Le Roux, une riche héritière, disparue durant les vacances de la Toussaint, en 1977. Son procès s'est ouvert lundi par un coup de théâtre avec les révélations de son fils Guillaume. Ce dernier a affirmé avoir passé sous silence pendant des années des "aveux" de son père sur le meurtre d'Agnès Le Roux. Des propos qu'il a maintenus mercredi devant la cour d'Assises de Rennes, accusant formellement son père de meurtre.

Des recherches en Italie. Des révélations qui ont engendré l'ouverture d'une enquête préliminaire en Italie. "Nous effectuons une enquête préliminaire dont les résultats seront communiqués au parquet local", a déclaré le capitaine Silvio De Luca, chef des carabiniers de Cassino, au sud de Rome, où Maurice Agnelet, aujourd'hui âgé 76 ans, aurait pu commettre le meurtre d'Agnès Le Roux. Selon le chef des carabiniers, les enquêteurs sont déjà à la recherche d'ossements de femmes. Ce dernier précise toutefois à LCI que ces recherches ne seraient pas faciles. En raison des batailles à Monte Cassino, pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux ossements n'ont jamais été identifiés". En 2004, des recherches de correspondance entre des cadavres non identifiés et la fiche d'Agnès Le Roux avaient d'ailleurs été demandée, sans succès.

Alors que la disparition avait été signalée en France. La disparition de la riche héritière du Palais de la Méditerranée à Nice est, jusqu'ici, restée une énigme. Durant les vacances de la Toussaint 1977, la jeune femme et son véhicule se sont volatilisés. Malgré des années d'investigations et de recherches, aucune piste n'a permis aux enquêteurs de découvrir ce qu'Agnès Le Roux était devenue. Au delà-du mystère, il s'agit pour les enquêteurs d'un crime parfait, dont Maurice Agnelet serait l'auteur.

"Moi, je sais où il est le corps". C'est du moins ce qu'a confié Guillaume Agnelet, lundi, devant les juges. Le témoin assure que son père lui avait dit lorsqu'il avait 16 ans : "tant que le corps n'est pas retrouvé, je ne risque rien. Moi je sais où il est le corps". Il a précisé que son père et Agnès Le Roux étaient "allés faire du camping dans un coin tranquille près de Monte Cassino", en Italie. "Il aurait, pendant son sommeil, tiré sur Agnès", a-t-il ajouté.

"Un choix cornélien". "Je viens pour retranscrire ce qui depuis près de 30 ans est au plus près de mes souvenirs", a-t-il précisé mercredi. Guillaume Agnelet a confessé qu'il s'agissait pour lui d'un choix "cornélien". "Je savais quelles conséquences ça pourrait avoir", a-t-il reconnu, expliquant avoir gardé le silence aussi longtemps "pour le bien de la famille".

Des propos en contraction avec ceux de sa famille. Car au sein de la famille Agnelet, Guillaume Agnelet est le seul à mettre en cause son père. L’ex-femme et le second fils, Thomas, font en effet bloc derrière Maurice Agnelet. Tout cela se joue à quelques centimètres les uns des autres, laissant la cour le souffle coupé. Annie Litas "conteste formellement" les propos que lui prête son fils. "Pour moi, c’est incroyable", lâche pour sa part Thomas, le plus jeune, celui qui défend toujours son père. "Je n’ai pas assisté à ce genre de conversation. Pour moi, ça n’a pas existé", assure-t-il.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

TEMPS FORTS - "J'ai passé plus de 30 ans de ma vie dans le secret"

PROCES - Deux femmes face à l'accusé

ENREGISTREMENTS - La voix d'Agnès Le Roux au procès Agnelet

LA PHRASE - Maurice Agnelet : "37 ans que je dis que je suis innocent"

PROCÈS - L'affaire Agnès Le Roux de retour devant la justice

DÉFENSE- "il n'y a aucune preuve" contre Agnelet