Afrique du Sud : deux Blancs jugés coupables d'avoir tenté d'enfermer vivant un Noir dans un cercueil

  • A
  • A
Afrique du Sud : deux Blancs jugés coupables d'avoir tenté d'enfermer vivant un Noir dans un cercueil
Les attaques racistes sont toujours fréquentes en Afrique du Sud, surtout dans les zones rurales.@ RODGER BOSCH / AFP
Partagez sur :

Les deux hommes, qui avaient filmé le supplice de leur victime, ont également été reconnus coupables de kidnapping, agression et intimidation.

Deux fermiers blancs d'Afrique du Sud ont été reconnus coupables vendredi d'avoir tenté d'enfermer vivant un homme noir dans un cercueil, un supplice qu'ils avaient filmé dans une vidéo qui avait suscité une vague d'indignation dans le pays.

Une salle d'audience bondée. "Je déclare les deux accusés coupables de tentative de meurtre", a annoncé la juge Segopotje Mphahlele au tribunal de Middelburg, dans le nord-est du pays, dans une salle d'audience bondée qui a salué le jugement par des chants. La peine des deux hommes devait être prononcé ultérieurement par le tribunal. 

Une vidéo diffusée sur Internet. L'affaire avait éclaté après la diffusion sur Internet d'une vidéo de 20 secondes, où on voit un jeune homme noir, Victor Mlotshwa, allongé vivant dans un cercueil. Un homme blanc tente alors de refermer le cercueil, tandis que la victime gémit et essaie coûte que coûte de l'en empêcher.

Les deux fermiers, Willem Oosthuizen et Theo Martins Jackson, ont aussi été reconnus coupables de kidnapping, agression et intimidation. Ils avaient plaidé non coupables et comparaissaient libres, après avoir versé une caution en juillet.

"La vie des Noirs compte". Pendant l'énoncé du jugement vendredi, des jeunes du Congrès national africain (ANC, parti au pouvoir) ont défilé devant le tribunal en transportant des cercueils de fortune surmontés d'une croix. "Il n'y a pas de place pour le racisme dans notre démocratie", "La vie des Noirs compte", pouvait-on aussi lire sur des panneaux brandis par des manifestants représentant les principaux partis sud-africains. 

Près d'un quart de siècle après la fin officielle du régime ségrégationniste d'apartheid, les attaques racistes continuent d'empoisonner l'Afrique du Sud, en particulier dans les zones rurales.