Abus sexuels en Centrafrique : l'ONU va enquêter sur sa gestion de l'affaire

  • A
  • A
Abus sexuels en Centrafrique : l'ONU va enquêter sur sa gestion de l'affaire
@ PATRICK FORT / AFP
Partagez sur :

L'ONU va lancer une enquête indépendante sur la façon dont elle a investigué sur l'affaire de présumées agressions sexuelles subies par les enfants centrafricains qui mettraient en cause des soldats français.

L'info. On savait que l'ONU enquêtait sur les soupçons d'abus sexuels en Centrafrique depuis la parution d'un rapport sur le sujet à la mi-juillet. Alors que des soldats français sont soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé mercredi que l'organisation internationale allait désormais lancer des investigations sur sa propre gestion de l'affaire. Objectif de la commission indépendante onusienne : "ne pas abandonner les victimes d'abus sexuels, particulièrement lorsqu'ils sont commis par ceux qui sont censés les protéger", a justifié le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric. Un geste également symbolique tant l'ONU avait été critiquée pour sa lenteur à répondre aux allégations d'abus sexuels très graves sur des enfants. 

L'enquête interne déclassifiée. Cette annonce survient alors même que le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a autorisé la déclassification d'une autre enquête, interne celle-ci, menée par l'armée sur ces soupçons. Le ministère de la Défense, informé de ces accusations par l'ONU en juillet 2014, avait alors saisi la justice et lancé une enquête interne pour vérifier s'il y avait eu dysfonctionnement de la chaîne de commandement. 

14 militaires français mis en cause. Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire le 7 mai, une semaine après la révélation de l'affaire par le quotidien britannique The Guardian. Selon une source judiciaire, 14 militaires français ont été mis en cause, dont trois sont identifiés, par les témoignages de six enfants de 9 à 13 ans dénonçant des faits commis entre fin 2013 et fin mai-début juin 2014, au début de l'opération française Sangaris en Centrafrique.