Abus sexuels au Chili : l'archevêque de Santiago pourrait être déchu de sa nationalité

  • A
  • A
Abus sexuels au Chili : l'archevêque de Santiago pourrait être déchu de sa nationalité
Ricardo Ezzati, archevêque de Santiago d'origine italienne, avait été naturalisé chilien en 2006.@ CLAUDIO REYES / AFP
Partagez sur :

Le cardinal Ricardo Ezzati, d'origine italienne, avait obtenu la nationalité chilienne en 2006 pour sa contribution au pays en tant que religieux. Accusé d'avoir dissimulé des abus sexuels dans l'Église, il pourrait la perdre.

Le Parlement chilien envisage de retirer la nationalité de l'archevêque de Santiago, le cardinal italien Ricardo Ezzati, naturalisé en 2006, accusé d'avoir dissimulé des abus sexuels perpétrés par le clergé de ce pays sud-américain. 

Une sanction qui fait débat. La nationalité chilienne "lui avait été attribuée pour sa contribution au pays en tant que religieux, notamment dans le domaine de l'éducation. Nous savons à présent que cela n'est plus valable car il n'a pas apporté son soutien aux mineurs" abusés, a déclaré la sénatrice de l'opposition, Ximena Rincon. Mais la possibilité d'user d'une telle sanction reste controversée. "La nationalité d'un individu qui n'a pas encore été condamné ne peut pas lui être retirée", a de son côté argumenté le sénateur de droite (UDI), Ivan Moreira. 

Dissimulation d'abus sexuels. Ricardo Ezzati, né en Italie, a été convoqué le 21 août par le procureur régional de Rancagua (centre) afin de répondre aux accusations de dissimulation des abus sexuels, en plein scandale de pédophilie et d'omerta qui ébranle le clergé chilien. L'église catholique chilienne est en pleine tourmente alors que 158 personnes, évêques, prêtres ou laïcs liés à l'église, sont ou ont été visées par une enquête pour abus sexuels sur des mineurs et des adultes depuis les années 1960.

Le clergé chilien dans la tourmente. Pour l'heure, 38 enquêtes, visant 73 personnes, pour abus sexuels présumés sur 104 victimes, dont la majorité étaient mineures au moment des faits, ont été ouvertes. Selon la Conférence épiscopale chilienne, 43 religieux et un diacre ont été suspendus par la justice civile (18) et par la justice canonique (25). Néanmoins, la durée de suspension n'a pas été précisée. Selon un sondage de la société Cadem, 96% des Chiliens considèrent que l'institution protège les prêtres accusés d'abus sexuels et 83% d'entre eux estiment que le clergé n'est ni honnête ni transparent.