Abdication : à qui le tour ?

  • A
  • A
Abdication : à qui le tour ?
@ Reuteurs
Partagez sur :

D'Albert II à Benoit XVI, de Beatrix à l'émir du Qatar, les abdications se multiplient.

Abdiquer serait-il "tendance" ? Après le pape Benoit XVI, Beatrix la reine des Pays-Bas et l'émir du Qatar, c'est le roi des Belges Albert II qui abdiquera dimanche en faveur de son fils Philippe. Comme les autres, il a préféré partir "au bon moment" plutôt que d'assumer sa fonction jusqu'à la mort.

"Un signe de modernité". "L'abdication est dan l'air du temps", a estimé Philippe Delorme, historien spécialiste des familles royales. "Autrefois, on vivait 70 ans, aujourd'hui on vit plus longtemps donc comme pour tous les métiers il faut prendre sa retraite", analyse-t-il. L'historien y voit le signe d'"un certain bon sens" mais aussi "un signe de modernité nécessaire pour l'institution monarchique qui cherche à se renouveler".

Une tradition aux Pays-Bas… L'abdication fait figure de tradition aux Pays-Bas : la mère et la grand-mère de la reine Beatrix avaient abdiqué avant qu'elle-même ne le fasse le 30 avril en faveur de son fils Willem-Alexander.

>> A lire aussi : Beatrix cède son trône

… une exception ailleurs. Au Vatican, en Belgique et au Qatar, l'abdication fait, en revanche, figure d'exception. Albert II, âgé de 79 ans, a justifié sa décision par sa santé chancelante. La renonciation de Benoît XVI était un évènement quasiment inédit dans l'histoire du Vatican, le seul précédent connu remontant à plus de sept siècles. En Belgique, le seul précédent remonte à 1951 : Leopold III était alors controversé pour certaines de ses actions pendant la Seconde Guerre mondiale Quant au Qatar et l'abdication de l'émir Hamad ben Khalifa Al Thani au profit de son fils, il s'agit tout simplement d'une première : dans l'histoire récente du monde arabe, aucun souverain n'a jamais renoncé au pouvoir de son plein gré.

>> A lire aussi : Albert II tirera sa révérence le 21 juillet

Qui sera le prochain ? "On peut penser que ce sera Juan Carlos", estime Philippe Delorme. "Il a 75 ans, et il multiplie depuis trois ans les ennuis de santé", relève t-il. Une telle décision pourrait toutefois être perçue comme un abandon au sommet de l'Etat dans un pays en pleine crise économique. Dans les monarchies scandinaves, seule la Suède semble prête à voir son roi abdiquer en faveur de sa fille Victoria, 35 ans.

Le "cas" Elizabeth II. "A 87 ans, la reine d'Angleterre est encore en très bonne santé et la Queen mum est morte à 102 ans", souligne Philippe Delorme. Surtout, "les monarques britanniques sont sacrés, ils ont reçus l'onction à Westminster ce qui en fait des sortes d'évêques - a contrario du roi des Belges qui est un monarque constitutionnel qui prête seulement serment", estime l'historien. Elizabeth II, depuis plus de 60 ans sur le trône, semble avoir une disciple : la reine danoise Margrethe II, 73 ans et sur le trône depuis 41 ans, a déjà assuré qu'elle resterait sur le trône jusqu'à sa mort.