A une large majorité, l'ONU condamne Israël pour les violences de Gaza

  • A
  • A
A une large majorité, l'ONU condamne Israël pour les violences de Gaza
Au moins 129 personnes sont mortes dans la bande de Gaza en deux mois et demi. @ Said KHATIB / AFP
Partagez sur :

L'Assemblée générale de l'ONU a voté mercredi une résolution condamnant Israël pour la flambée de violences meurtrières à Gaza, qui a fait plus d'une centaine de morts. 

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté mercredi à une forte majorité un projet de résolution condamnant Israël pour la flambée de violences meurtrières à Gaza, et a rejeté un texte présenté par les Etats-Unis pour faire condamner le Hamas pour ces mêmes violences. Le texte soutenu par les pays arabes et auquel les Etats-Unis étaient opposés a recueilli 120 voix sur 193, avec huit votes contre et 45 abstentions. L'amendement introduit par Washington pour condamner les islamistes du Hamas n'a lui pas recueilli les deux-tiers des voix nécessaires pour être adopté.

"Usage excessif de la force". Au moins 129 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza par des tirs israéliens depuis le début le 30 mars de manifestations le long de la clôture frontalière. Aucun Israélien n'a été tué. Le texte appelle à l'adoption de mesures pour protéger les civils palestiniens, et déplore un usage "excessif, disproportionné et indiscriminé de la force par les forces israéliennes contre les civils palestiniens" mais critique aussi "le tir de roquettes de la bande de Gaza contre des zones civiles israéliennes". Les Etats-Unis et Israël ont vivement critiqué le texte au motif qu'il ne mentionnait pas les islamistes du Hamas, qui contrôlent Gaza.

Une résolution non contraignante. Contrairement à celles du Conseil de sécurité, les résolutions de l'Assemblée générale ne sont pas contraignantes et il n'y a pas de veto. L'adoption de la résolution charge désormais le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres de préparer des propositions en vue d'"un mécanisme de protection international" pour les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie occupée. Ces propositions pourraient aller de la mise en place d'une mission d'observation à une véritable force de maintien de la paix, mais chacune de ces options devrait nécessairement être approuvée par le Conseil de sécurité, où Washington a un droit de veto.